mercredi 30 septembre 2020
Accueil / L'actualité Guadeloupe / Guadeloupe : deux gendarmes blessés par balles lors d’une intervention
Les élèves sortiront directement OPJ de l'école des gradés (MG/L'Essor).

Guadeloupe : deux gendarmes blessés par balles lors d’une intervention

Deux gendarmes de la compagnie de Pointe-à-Pitre ont été blessés par des tirs de “fusil de chasse”, à Baie-Mahault, dans la nuit de mardi à mercredi, selon un communiqué de la Gendarmerie de la Guadeloupe mercredi.

Un vol de cabris par deux individus serait à l’origine de ce fait divers selon une source proche de l’enquête qui a mené à l’interpellation d’un sexagénaire au petit matin. Etienne Thieffry, procureur adjoint au parquet de Pointe-à-Pitre, évoque des “faits extrêmement graves”.

Les faits se sont produits dans une impasse, peu après minuit, alors qu’une patrouille de trois gendarmes intervenait dans le quartier sensible de Fond Richer, à Baie Mahault. Un homme se trouvait au volant d’un véhicule signalé volé. Bloqué par le véhicule des gendarmes, il l’a percuté “violemment et à deux reprises”, indique le communiqué, diffusé sur la page Facebook de la Gendarmerie de Guadeloupe.

Un autre homme serait alors sorti de l’ombre, vraisemblablement blessé, selon une autre source proche du dossier. Il s’agirait d’un complice de l’automobiliste. Puis une “tierce personne”, a ouvert le feu sur le groupe, blessant deux gendarmes, tous deux âgés de 25 ans, précise le communiqué. L’un d’eux a notamment été atteint à la mâchoire, mais leurs jours ne sont pas en danger. D’importants moyens ont été déployés pour retrouver l’auteur des coups de feu.

Le groupe des pelotons d’intervention, a interpellé un habitant du quartier, âgé d’une soixantaine d’années, à 6 heures à son domicile. Il serait, selon une source proche de l’enquête, propriétaire de cabris que les automobilistes à bord du véhicule volé, auraient tenté de dérober. Le suspect a été placé en garde à vue dans le cadre d’une infraction qualifiée pour l’heure de “tentative d’homicide volontaire sur personne dépositaire de l’autorité publique”.

M. Thieffry qualifie ces faits d’ “extrêmement graves”, précisant qu’ils demeurent rares dans l’archipel : les derniers tirs ayant atteint des forces de l’ordre en Guadeloupe remontent à octobre 2013, dans la commune de Sainte-Rose, “dans un contexte très différent” puisqu’il s’agissait alors, rappelle-t-il, d’un “guet-apens” contre les gendarmes.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *