vendredi 23 octobre 2020
Accueil / Opérationnel / Grenoble : un homme arrêté pour avoir jeté un explosif sur une caserne de gendarmerie
Un homme de 20 ans, placé en garde à vue mercredi, a reconnu avoir jeté des "cocktails détonants" sur la caserne de Bonneville (Haute-Savoie) en novembre 2011 pour "réveiller les gendarmes". L’individu, connu de la justice pour des faits de violence, encourt une peine maximale de dix ans de prison.

Grenoble : un homme arrêté pour avoir jeté un explosif sur une caserne de gendarmerie

Un homme de 20 ans, placé en garde à vue mercredi, a reconnu avoir jeté des “cocktails détonants” sur la caserne de Bonneville (Haute-Savoie) en novembre 2011 pour “réveiller les gendarmes”. L’individu,  connu de la justice pour des faits de violence, encourt une peine maximale de dix ans de prison.

Le dimanche 30 novembre 2011, vers 19H25, un engin explosif avait été lancé sur la gendarmerie de Bonneville, provoquant un bruit violent et un véritable “branle-bas de combat” au sein de la caserne, selon le chef d’escadron Frédéric Allamand, commandant la compagnie de gendarmerie.

Tous les gendarmes avaient été mobilisés tandis que les familles étaient cloîtrées dans les habitations. Les militaires avaient alors retrouvé une bouteille éventrée et des projections d’acide sur les murs des bâtiments d’habitation. Une seconde bouteille remplie d’acide était retrouvée un peu plus loin tandis qu’une troisième explosait un peu plus tard dans le quartier avoisinant.

Après plusieurs mois d’enquête, les gendarmes ont interpellé et placé en garde à vue deux personnes mercredi, dont l’une a été mise hors de cause. L’autre a reconnu les faits, disant avoir jeté ces cocktails “pour réveiller les gendarmes, pour les embêter”, a dit le commandant Allamand. Connu de la justice, notamment pour des faits de violence, il réside à environ 200 mètres de la gendarmerie.

Relâché jeudi, il “sera convoqué ultérieurement” devant le tribunal correctionnel de Bonneville, a indiqué le procureur de la République, Pierre-Yves Michaud. Il encourt une peine maximale de 10 ans de prison. “On est soulagé de l’avoir retrouvé car ce sont des faits particulièrement  graves”, a commenté le commandant Allamand.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.