mercredi 22 janvier 2020
Accueil / Opérationnel / Gilets jaunes: un homme interpellé après un vol de bouclier de gendarme mobile
Manoeuvres avec le bouclier au Centre national d'entraînement des forces de gendarmerie (CNEFG) à Saint-Astier en Dordogne. Photo d'illustration M.G/L'Essor).
Manoeuvres avec le bouclier au Centre national d'entraînement des forces de gendarmerie (CNEFG) à Saint-Astier en Dordogne. Photo d'illustration M.G/L'Essor).

Gilets jaunes: un homme interpellé après un vol de bouclier de gendarme mobile

Soupçonné d’avoir volé le bouclier d’un gendarme mobile lors des manifestations de Gilets jaunes du 16 novembre à Paris, un homme a été interpellé mercredi 4 décembre. Les policiers le suspectent également d’avoir incendié une voiture le même jour. Ils l’ont placé en garde à vue au commissariat du XIIIe arrondissement. L’homme au casier judiciaire déjà chargé séjournait dans un gîte rural à Putanges-le-Lac, dans l’Orne.  

Il pose avec le bouclier sur les réseaux sociaux

Identifié grâce à un renseignement et confondu par des images de vidéos surveillance, il est poursuivit pour “dégradation de bien privé par incendie”, “participation à un groupement formé en vue de commettre des violences contre les personnes ou destruction de biens”, “dissimulation volontaire lors d’une manifestation sur la voie publique” et “recel de vol” pour le bouclier de la gendarmerie mobile. Il s’était d’ailleurs affiché sur les réseaux sociaux avec son trophée. Cet homme de 36 ans a déjà fait parler de lui dans le passé. Selon Europe 1, son casier judiciaire affiche ainsi pas moins de 43 mentions.

Lire aussi sur L’Essor : Gilets jaunes : l’engagement impressionnant des gendarmes mobiles à Paris

Les manifestations du 16 novembre ont réuni près de 28.000 personnes en France, dont 4.700 à Paris. Lors de cette journée marquant le 1er anniversaire du mouvement, des échauffourées avaient éclaté place d’Italie entre casseurs et forces de l’ordre. De nombreuses dégradations ont également entaché cette nouvelle mobilisation de Gilets jaunes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *