dimanche 25 août 2019
Accueil / A la une / Gilets jaunes à Paris : l’IGPN saisie 171 fois, l’IGGN 3 fois
Lors de la manifestation des Gilets jaunes du samedi 20 avril (Ph: GT/L'Essor).
Lors de la manifestation des Gilets jaunes du samedi 20 avril (Ph: GT/L'Essor).

Gilets jaunes à Paris : l’IGPN saisie 171 fois, l’IGGN 3 fois

La justice a saisi 171 fois l’Inspection générale de la Police nationale (IGPN) pour des violences présumées lors des manifestations de Gilets jaunes à Paris.
Un chiffre donné ce mardi par le procureur de Paris Rémy Heitz dans un entretien au Parisien. Il ajoute que, depuis le début du mouvement il y a six mois, l’Inspection générale de la Gendarmerie (IGGN) a été saisie de trois enquêtes seulement.

Lire aussi sur L’EssorGilets jaunes : l’IGGN beaucoup moins saisie que l’IGPN

Ces deux chiffres concernent pour la Police, les unités de CRS, les compagnies d’intervention de la préfecture de police et les détachements d’action rapide (DAR) auxquels ont succédé les Brigades de répression de l’action violente motorisées (BRAV-M). Pour la Gendarmerie, ils ne concernent que les escadrons de gendarmerie mobile (EGM).

Dans toute la France pour la même période, 15 enquêtes ont été ouvertes par la justice pour la Gendarmerie et 249 pour la Police, selon les données communiquées lors d’une audition, le 16 mai à l’Assemblée nationale, par les chefs des deux inspections générales.

Ces chiffres confirment les informations de L’Essor, diffusées dès le début du mois de février. Davantage mobilisés que les policiers, les gendarmes ont pourtant beaucoup moins utilisé (10 %) le LBD-40 (lanceur de balles de défense 40 millimètres) que les policiers (90 %). Cette arme est accusée d’avoir provoqué des dizaines de mutilations, comme des éborgnements, chez les participants aux manifestations des Gilets jaunes à Paris et dans des grandes villes.

P-M.G

 

 

A voir également

Photo d'illustration (Ph: M.GUYOT/ESSOR)

Les gendarmes menacés avant un G7 sous haute surveillance

Cinq personnes ont été interpellées après avoir appelé, sur les réseaux sociaux, à brûler un hôtel hébergeant des gendarmes mobilisés pour le sommet.

2 Commentaires

  1. claude 34

    Ce qui démontre comme on le savait déjà que la gendarmerie mobile s’est comportée correctement dans ses activités diverses et variées durant ces évènements.

    En revanche , de nombreux policiers -c’est indéniable – ont utilisé systématiquement la violence d’une manière inconsidérée comme les images des actualités l’ont montré à de multiples reprises.

    La lenteur de la justice , d’ailleurs est étrange et la colère menaçante des représentants syndicaux de la police sur la question ressemble à une tentative de chantage.

    On attendra patiemment la suite…

    • Naoned 46

      Tout à fait
      Ce n’est pas nouveau
      A lire également le rapport annuel sur les manquements à la déontologie concernant police,gendarmerie,administration pénitentiaire………édifiant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *