mardi 20 août 2019
Accueil / A la une / Gendarmes tués dans l’Oise: l’état de la route en cause?
Le garagiste va bénéficier de la légitime défense
Les gendarmes ont interpellé le suspect en garde d'Avignon ( Photo d'illustration D.C L'Essor)

Gendarmes tués dans l’Oise: l’état de la route en cause?

Essor Majoration allocation
Photo d’illustration l’Essor

Lors d’une conférence de presse, le procureur de la République a indiqué que la route était glissante. Les trois gendarmes du PSIG étaient en patrouille anti cambriolage. Aucune course poursuite n’a eu lieu. Une information judiciaire sera ouverte mardi matin pour homicide et blessures involontaires contre X.

Les circonstances du terrible accident dans lequel trois gendarmes du PSIG de Méru à Berneuil- en- Bray dans l’Oise sont perdu la vie sont un peu mieux connues après la conférence de presse tenue par le procureur de la République et la hiérarchie de la gendarmerie.

Les trois morts sont le gendarme Florian Gustave, 26 ans, originaire du Val-d’Oise, Théo Delpierre, 18 ans, originaire du Pas-de-Calais, et Yassaad Boumssimrat, 26 ans, de Margny-lès-Compiègne. Ces deux derniers étaient gendarmes volontaires en poste pour une première affectation depuis fin octobre au peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (PSIG) de Méru.

Les circonstances de l’accident sont tragiquement simples. Selon les premiers éléments, le Kangoo roulait en direction de Berneuil ; il a, semble-t-il, perdu le contrôle de sa direction, se mettant de travers sur la voie de circulation. Circulant à l’opposé, un utilitaire, surpris par la situation, a percuté la voiture des gendarmes, le projetant sur une plateforme de chargement agricole. Un suraccident est survenu avec une Scénic  a indiqué le procureur cité par le Courrier Picard.

 

«  Selon les premières constatations, la chaussée était assez glissante. Une météo qui laissait apparaître un taux d’hydrométrie important et une chaussée devenue glissante par les va-et-vient des engins agricoles et les résidus de betterave  », a indiqué le procureur.

«Ils ont trouvé la mort en patrouille et non en intervention”, a précisé  le lieutenant-colonel Robert Clech, adjoint au groupement de gendarmerie de l’Oise. Ils patrouillaient dans le cadre d’une prévention de proximité, pour prévenir les cambriolages de fin d’année, et les risques de vols contre les magasins.»

L’enquête a été confiée à la brigade de recherche de Beauvais, avec l’aide technique de l’institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) qui sera chargé d’expertiser les véhicules.

Concernant le port ou non de la ceinture,  le colonel Mathieu Frustié, commandant en second pour la formation administrative Aisne-Oise-Somme, rappelle que « l’on peut être éjecté tout en ayant la ceinture de sécurité ».

Dépistages négatifs sur les blessés

Les enquêteurs ont procédé au dépistage de l’imprégnation alcoolique et de stupéfiants sur les passagers de l’utilitaire et n’ont retrouvé aucune trace d’alcool ou de drogue. Des analyses similaires ont été réalisées sur le corps des gendarmes. Les résultats ne sont pas encore connus.

À la gendarmerie de Méru, un accompagnement a été mis en place pour les familles. Une psychologue, dès le soir de l’accident, s’est déplacée à la caserne de Méru, pour y rencontrer les proches et camarades des victimes.

Une cérémonie d’hommage sera organisée mais on ne connaît pas encore la date et le lieu exact.

 

 

A voir également

La 1ère compagnie de l’école de Dijon à la nécropole de la guerre d’Indochine pour honorer son parrain

La 16ème promotion de l'école de Gendarmerie de Dijon s'est rendue au mémorial des morts d'Indochine à Fréjus afin d'honorer leur parrain, ancien d'Indochine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *