jeudi 29 octobre 2020
Accueil / Opérationnel / Hommage de la Nation vendredi à Hyères
Une cérémonie nationale en hommage aux deux gendarmes abattues dimanche à Collobrières (Var) se tiendra vendredi à Hyères en présence du ministre de l'Intérieur, Manuel Valls.

Hommage de la Nation vendredi à Hyères

Une cérémonie nationale en hommage aux deux gendarmes abattues dimanche à Collobrières (Var) se tiendra vendredi à Hyères, tandis que le tueur présumé et sa compagne devraient être déférés devant la justice ce mardi 19 juin mardi en fin de journée, ont précisé mardi Justice et Gendarmerie.

Le suspect, toujours placé en garde à vue mardi matin, devrait être déféré en fin de journée devant la justice, avec sa compagne d’une vingtaine d’années dont le degré de complicité doit être défini, a-t-on appris de sources concordantes.

Âgé de 30 ans, le colosse d’1,80 m déjà connu de la justice, a reconnu lundi durant sa garde à vue avoir tué Alicia Champlon, une adjudante de 29 ans, et Audrey Bertaut, maréchal des logis-chef et mère de famille de 35 ans. Dans le village de Collobrières, les lieux du crime ont été scellés, mais une cinquantaine d’enquêteurs de la Gendarmerie continuaient mardi leur travail d’exploitation des indices pour reconstruire la chronologie précise des faits.

Un hommage devrait être rendu aux deux gendarmes à 09h00 vendredi à Hyères, en présence du ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, a-t-on appris auprès de sources dans la gendarmerie. “La Nation aura sans doute l’occasion dans les jours qui viennent de rendre hommage à ces deux gendarmes, et de leur témoigner sa reconnaissance”, avait annoncé lundi le ministre, lors d’une visite éclair à Collobrières.

Crowdfunding campaign banner

5 Commentaires

  1. Martine

    Je suis épouse de Gendarme ( même à la retraite il est au plus profond de lui gendarme ) et maman de gendarme, ( personnel féminin ) je pense pouvoir ressentir la peine des mamans de ces jeunes femmes. Quelle tragédie. Je présente toutes mes condoléances aux familles.

  2. JEAN NOEL DUPUIS

    Je vous écris suite au meurtre et à l’assassinat des 2 sous officiers de la Gendarmerie, et mes condoléances vont à leurs familles, amis, et à toutes la Gendarmerie qui et en deuil suite à un laxisme de la justice française.
    Cette fois si, je me lâche, pourquoi, parce que la Justice et les Juges qui représentent les instances et les lois Française
    ont laissé un présumé meurtrier en puissance libre au lieu de le condamner à la peine plancher.
    Voici le laxisme de la Justice Française
    Les deux gendarmes tuées dans le Var ont été victimes du laxisme judiciaire

    Les deux gendarmes tuées dimanche soir dans le Var pourraient encore être auprès des leurs si les juges de notre pays
    en finissaient avec leur complaisance envers les délinquants et criminels.

    L’adjudant de gendarmerie Alicia Champlon (29 ans) et la maréchale des logis chef Audrey Berthaut (35 ans, mère de
    deux enfants) ont été abattues par Abdallah Boumezaar, connu pour des faits de violence et déjà incarcéré en 2002 pour
    trafic de drogues.

    Or, Abdallah Boumezaar comparaissait mercredi dernier devant le Tribunal Correctionnel de Toulon pour des coups
    portés sur sa propre mère. Alors qu’une peine plancher (au vu de ses condamnations précédentes) de deux ans
    d’emprisonnement aurait du être appliquée, les juges ne lui ont infligé que du sursis.

    Malgré son lourd passé et sa dangerosité attestée, des juges ont donc décidé de laisser Abdallah Boumezaar libre. Libre
    de tuer deux gendarmes seulement quatre jours à peine après son procès. Ces juges et l’incurie totale de nos
    institutions judiciaires portent une lourde responsabilité dans ce drame, comme dans tant d’autres malheureusement.

    Si notre justice fonctionnait correctement, Abdallah Boumezaar aurait été derrière les barreaux. Si notre justice
    fonctionnait correctement, deux petites filles de 5 et 13 ans ne pleureraient pas leur maman.

    Dupuis Jean Noel.

  3. dupuis@bbox.fr

    Cette fois si, je me lâche, pourquoi, parce que la Justice et les Juges qui représentent les instances et les lois Française
    ont laissé un présumé meurtrier en puissance libre au lieu de le condamner à la peine plancher.
    Voici le laxisme de la Justice Française et le laxisme de la droite et de la gauche qui nous ont gouvernés et qui nous
    gouvernent encore aujourd’hui.

    Les deux gendarmes tuées dans le Var ont été victimes du laxisme judiciaire

    Les deux gendarmes tuées dimanche soir dans le Var pourraient encore être auprès des leurs si les juges de notre pays
    en finissaient avec leur complaisance envers les délinquants et criminels.

    L’adjudant de gendarmerie Alicia Champlon (29 ans) et la maréchale des logis chef Audrey Berthaut (35 ans, mère de
    deux enfants) ont été abattues par Abdallah Boumezaar, connu pour des faits de violence et déjà incarcéré en 2002 pour
    trafic de drogues.

    Or, Abdallah Boumezaar comparaissait mercredi dernier devant le Tribunal Correctionnel de Toulon pour des coups
    portés sur sa propre mère. Alors qu’une peine plancher (au vu de ses condamnations précédentes) de deux ans
    d’emprisonnement aurait du être appliquée, les juges ne lui ont infligé que du sursis.

    Malgré son lourd passé et sa dangerosité attestée, des juges ont donc décidé de laisser Abdallah Boumezaar libre. Libre
    de tuer deux gendarmes seulement quatre jours à peine après son procès. Ces juges et l’incurie totale de nos
    institutions judiciaires portent une lourde responsabilité dans ce drame, comme dans tant d’autres malheureusement.

    Si notre justice fonctionnait correctement, Abdallah Boumezaar aurait été derrière les barreaux. Si notre justice
    fonctionnait correctement, deux petites filles de 5 et 13 ans ne pleureraient pas leur maman.

    Dupuis Jean Noel.

  4. David

    Bonjour,

    Bon courage à la gendarmerie qui fait un travail admirable dans des conditions difficiles. Ce corps exemplaire n’a pas la moitié de la reconnaissance qu’il mérite, c’est bien triste. Espérons que le nouveau gouvernement saura apprécier les militaires et leur esprit de corps.

  5. PIQUEMAL

    Major de la gendarmerie en retraite je ne puis exprimer que ma colère après cet acte odieux qu’ont subi mes deux camarades de l’arme.
    Mes pensées vont vers elles qui ont payé de leurs vies pour effectuer un travail qu’elles avaient choisi, pour une mission de routine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.