mardi 27 octobre 2020
Accueil / Opérationnel / Un gendarme détaché auprès de l’association de sa femme
Capture d'écran du site de l'AAMFG
Capture d'écran du site de l'AAMFG

Un gendarme détaché auprès de l’association de sa femme

C’est une affaire qui fait grand bruit parmi les gendarmes du Limousin, et particulièrement de la Creuse. Dans ce département se trouve le siège de l’Association d’aide aux membres et familles de la gendarmerie (AAMFG), nouveau nom du Mouvement des femmes de gendarmes (MFG).

Le mari de la présidente de l’association, Murielle Noël, est évidemment un gendarme, sous-officier du grade de maréchal des logis chef.

Il était affecté jusqu’à peu à la brigade de Bénévent-L’Abbaye (23) mais, il a été muté le 1er juin à la brigade motorisée (BMO) de Guéret, située à une vingtaine de kilomètres de son domicile. Le fait qu’il ne soit pas motocycliste n’a pas fait obstacle à cette mutation, dans le cadre de laquelle il a pu conserver son domicile de Bénévent-L’Abbaye, en raison des responsabilités de son épouse, conseillère municipale de la commune. Tous les jours, il effectue donc le trajet entre Bénévent-L’Abbaye et Guéret dans le véhicule qui a été mis à sa disposition par la Gendarmerie.

Le fait qu’un logement de gendarme soit donc occupé à Bénévent-L’Abbaye par un militaire qui travaille à Guéret et qu’un poste de motocycliste soit occupé par un piéton à la BMO a déjà fait grincer quelques dents. Cependant, il pourrait s’expliquer par la gestion des ressources humaines, art délicat s’il en est, qui nécessite parfois de faire des compromis pour satisfaire à la fois les objectifs de l’Institution et les gendarmes qui la composent.

Là où l’affaire prend une tournure plus surprenante, c’est que, depuis, le début du mois, le commandant de la région Limousin a signé une convention avec l’AAMFG, qui prévoit le détachement d’un gendarme au profit de l’association, et c’est le mari de Murielle Noël, Marc, qui a été désigné.

Plus exactement, le 1er juin, le militaire a été affecté à la BMO, le 3 juin, la convention a été signée et, d’après nos informations, le militaire ne s’est pas présenté à la BMO le 4 !

Deux jours par semaine, le MDL-Chef Marc Noël travaille donc désormais au profit d’une association, certes agréée par la Gendarmerie, mais présidée par son épouse… Un mélange des genres qui fait tâche.

Rappelons que l’association n’était pas forcément dans un grand besoin de renfort puisqu’elle dispose déjà d’un bureau au sein du groupement, récemment refait à neuf par la Gendarmerie, et qu’elle y emploie une secrétaire.

Dernier fait troublant dans cette décision inédite: elle a été signée pour une durée d’un an, renouvelable une fois, sachant que le MDL-Chef est à deux ans de la retraite !

Le commandant de la région Limousin, le général Michel Labbé n’a pas voulu nous donner d’explications sur ce sujet. “Le commandement de la région et la manière dont je reçois des ordres, je les applique ou j’en donne moi même, ne regardent pas “L’Essor de la Gendarmerie””, nous a-t-il répondu.

Nous n’avons pu joindre Murielle Noel et son mari qui n’ont pas répondu à plusieurs messages.

La Direction générale nous a assuré que le gendarme n’était pas détaché au profit de cette association, contredisant ainsi nos sources… mais aussi l’association elle-même qui nous a confirmé que Marc Noël était “détaché de temps en temps à l”association”, même s’il “travaille au groupement de Gendarmerie”.

Certes, l’article R 4138-35 du code de la défense prévoit qu’un militaire peut être détaché auprès d’un organisme de caractère associatif assurant des missions d’intérêt général, mais il faudrait, à ce compte, détacher des gendarmes au Trèfle, à l’UNPRG, à la FNRG et à la Snaag. Dans un temps où l’on pleure des effectifs en criant, haut et fort, qu’on n’arrive plus à remplir les missions, cela fait, pour le moins, désordre.

 

Pour en savoir plus:

Le détachement dans le code de la Défense

Le site de l’AAMFG.

Crowdfunding campaign banner

9 Commentaires

  1. Très intéressant, peut-être une ouverture pour l’Association Gendarmes et Citoyens qui ne dispose pas d’aide matérielle (bureau véhicule) ni de détachement d’un chef de gendarmerie et encore moins de subventions. Notre association se contenterait simplement d’être admise par la direction de la Gendarmerie mais les voies de la gendarmerie sont impénétrables.

  2. verdy

    Depuis quand les épouses ou les conjoints de gendarmes ont droit d ingérence dans la vie professionnelle de l autre je crois que si j avais eu un mari qui se mêle de mon travail je n aurais pas aimé il est grand temps qu on arrête d assister des grands enfants que chacun redevienne adulte et le confirme ……et donnons des subventions pour les logements de gendarmes ce sera déjà un grand avancement dans la reconnaissance …mais dans ce cas présenté je crois qu il y a à creuser vraiment pour savoir le pourquoi de tant de complaisances au détriment de l égalité entre tous dans cette profession vraiment prenante et qui demande de la reconnaissance .

  3. nicot

    pas possible !!!c’est tout simplement lamentable….peut-on connaître le nombre d’adhérents de cette association ?

  4. Claude

    A mon avis,ce gendarme a le bras long.Si ce n’est pas sa femme.

  5. Poulain

    C’est honteux !!!!

  6. Roland HARTZ

    l’essor n’a pas l’habitude de raconter n’importe quoi, les cas du genre, dont j’ai pu avoir connaissance alors que j’étais en activité, concernaient essentiellement des problèmes sociaux (et quelques fois, tout de même, le piston). Salutations à tous !

  7. Altec

    A l’époque de la grogne des gendarmes, la difficulté de la liberté d’expression a été contournée par la création du mouvement des femmes de gendarmes. Pourquoi pas, il fallait y penser.
    Les choses se sont calmées et on entend plus parler de cette association et pour cause.
    La DGGN l’a tout simplement « neutralisée » en achetant la paix sociale.
    Le mouvement des femmes de gendarmes s’est transformé en association d’aide aux membres des familles de gendarmes. Avouez que cela présente mieux.
    Si vous regardez sur les photos du LPC, on voit parfois madame Noël invitée dans certaines réceptions auprès de l’ancien DG.
    Je pense que le commandant de GGD23 et le commandant de la compagnie de Guéret ne la portent pas dans leur cœur. Ils doivent même avaler des couleuvres en lui fournissant un bureau au sein de la caserne. Je crois même que l’administration centrale paye une secrétaire. Je ne crois pas que nous sommes là dans une association de type Loi 1901 et qu’elle puisse vivre des simples cotisations des adhérents. D’où viennent les subventions ?
    Quel est le bilan de cette association ? Quelles sont les actions majeures ?
    Tout ce que je peux vous dire, ce n’est que du vent, une façade, une coquille vide. Madame Noël a promis tant de choses aux gendarmes de Guéret (départementaux et escadron de mobiles) des mutations et autres. Certains attendent encore une réponse et à 700 km de là où ils espéraient aller.
    Cette femme se donne de l’importance, rien d’autre.
    Personnellement, j’en ai avalé mon képi quand j’ai vu Géant descendre en creuse lui remettre l’ordre national du mérite. Vraiment, la DGGN s’est décréditée aux yeux de ceux qui triment sur le terrain et qui croient aux Valeurs de notre institution. C’est tout simplement Honteux et Scandaleux de voir ça !!!
    J’espère que le nouveau DG va réagir.
    Ceux qui y voient l’émergence de syndicats se trompent lourdement. Nous tomberons dans le système police où les syndicats servent les intérêts de quelques-uns, notamment ceux qui sont aux commandes. Copinage et magouilles, le mari gendarme détaché auprès de son épouse présidente de l’association en est le meilleur exemple. Il faut rester sérieux et arrêter de croire n’importe quoi. Si c’est ça le début des syndicats en gendarmerie……. ne singeons pas la police au point de vouloir copier leurs structures syndicales politisées et contreproductives.

  8. GAIREPEE

    Bonjour, je viens de prendre connaissance de cette information délivrée sur le forum de l’Essor.
    A la lecture intéressante du témoignage d’Altec, on pourrait penser que cette association dont madame NOEL (faut y croire), en est la présidente ne serait en réalité qu’une façade, où les membres du bureau promettraient aide et assistance à des personnels gendarme, qui souhaitent être aidé dans leur démarche pour soit être muté ou autre, en adhérent à cette association et en réglant une cotisation.
    A la lecture de ce dernier témoignage, Altec, laisse apparaître que ces promesses ne seraient pas tenues et qu’aucune démarche ne serait réalisé. Ces faits sont prévus au code pénal par l’article 313-1 Escroquerie. Pour une association représentant des gendarmes, recevant aide de la gendarmerie même si cette aide n’est que matérielle et d’ordre humaine, c’est à peine croyable. La gendarmerie se tirerait elle une balle dans le pied en soutenant cette association.
    Il en est de même pour ce personnel de la gendarmerie qui aurait des prérogatives sur les autres gendarmes, alors que l’on crie partout, qu’il n’y a pas assez de carburant pour effectuer des patrouilles de surveillance pour protéger le citoyen, qui est également contribuable (17% de la population éprouve un sentiment réel d’insécurité), on constate que ce personnel dispose d’un véhicule avec carburant de la gendarmerie pour effectuer son trajet.
    Dans certaine commune de france, un maire met de l’essence à disposition des gendarmes qui ont la charge de la sécurité de son canton.
    Affolant.
    Lorsqu’on apprend dans ce même article que l’ancien ministre de l’intérieur guéant qui en ce moment est quelque peu embêté avec certain dossier (pour ne pas dire casserole), dans lesquels il se trouve empêtrait, s’est déplacé pour remettre à madame NOEL l’ordre national du mérite, cela surprend fortement et quelque peu choque, lorsque l’on sait qu’un personnel qui a été blessé en service fait l’objet, soit d’une lettre de félicitation, ou reçoit médaille du courage et dévouement, ou la médaille de la défense, mais il est rare qu’il soit décoré de la médaille du mérite.
    Un homme d’honneur, grand par l’esprit mais aussi par la taille, devrait se retourner dans sa tombe s’il avait connaissance de cela.
    Quand au fait que madame NOEL, ait été reçu à la DGGN, lors de certaine réception par le précédent directeur, cela laisserait entendre que madame NOEL, serait au courant de situation ou de faits, peut être ‘grave’, pouvant peut être faire mauvaise presse à l’institution. Mais comme le devoir de réserve n’est pas étendu aux conjoints des gendarmes, cela laisserait à penser que cette présidente d’association serait tenu à ne pas divulguer haut et fort des faits que peut être elle a eu connaissance, dans le cadre de sa présidence.
    Comme il est dit plus haut, la paix sociale s’achète et même le silence.
    Je reprends cette pensée, écrite par Altec, que j’approuve.
    Vraiment, la DGGN s’est décréditée aux yeux de ceux qui triment sur le terrain et qui croient aux VALEURS qui font la Force de la Gendarmerie et de notre Institution, qui est une Grande Famille. C’est tout simplement Honteux et Scandaleux de voir ça !!!
    J’espère aussi que le nouveau DG va réagir.
    Nous croyons être vivre dans un monde parallèle, lorsque nous lisons cela.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.