mercredi 21 octobre 2020
Accueil / Opérationnel / La gendarme, compagne d’un proche d’Amédy Coulibaly, suspendue de ses fonctions
6 juin 2014 à Ouistreham (Photo S.Desmares, l'Essor)

La gendarme, compagne d’un proche d’Amédy Coulibaly, suspendue de ses fonctions

La gendarme de Rosny-sous-Bois (93), compagne d’un proche d’Amédy Coulibaly, l’auteur de l’assassinat d’une policière municipale à Montrouge et de la prise d’otages de la porte de Vincennes, a été récemment suspendue de ses fonctions.

Elle avait tenté de remettre à son ami, écroué depuis le 23 janvier, du courrier dissimulé dans des vêtements qu’elle lui avait apporté en prison. C’est cette infraction, qualifiée de « grave » par sa hiérarchie, qui lui a valu d’être suspendue de ses fonctions. Cette femme, une bretonne de 34 ans, convertie à l’islam il y a quatre ans, était formatrice dans le renseignement au fort de Rosny-sous-Bois, un site de la Gendarmerie qui abrite deux services de pointe, l’Institut de recherche criminelle de la Gendarmerie nationale (IRCGN) et le Service technique de recherches judiciaires et de documentation (STRJD). Ces deux entités forment le Pôle judiciaire de la Gendarmerie et ont entamé leur déménagement vers un nouveau site ultra-moderne à Pontoise (95).

La gendarme, une adjudante, loge sur l’emprise du fort qui compte des immeubles de logements des gendarmes et de leurs familles. Dans cette partie, dont l’accès est libre contrairement au Pôle judicaire, accessible seulement avec un badge, elle y a reçu à plusieurs reprises son ami avant son arrestation.

Celui-ci, qui faisait l’objet d’un mandat d’arrêt européen pour des soupçons de trafic d’armes et de stupéfiants, était par ailleurs fiché comme islamiste radical. C’est pour cette raison qu’il faisait partie de la soixantaine de proches d’Amédy Coulibaly surveillés de près au lendemain des attentats. C’est en le suivant discrètement que les policiers avaient eu la surprise de le voir entrer dans l’enceinte de la caserne de Rosny-Sous-Bois, comme l’a révélé « Le Canard enchaîné ».

Ils ont par ailleurs établi que son téléphone portable avait « borné » à proximité de celui d’Amédy Coulibaly à plusieurs reprises pendant la période des attentats, ainsi qu’à proximité de l’hypermarché cacher de la porte de Vincennes quelques heures avant la prise d’otages sanglante.

Lors d’une interview donnée à TF1 le dimanche 8 février, malgré l’interdiction de sa hiérarchie, le sous-officier a raconté qu’elle avait rencontré son ami il y a un an lors d’un dîner chez des amis communs. Elle dit avoir découvert les liens entre son ami et Amédy Coulibaly le soir de la prise d’otages. Son ami lui a en effet confié qu’il avait rencontré Amédy Coulibaly à la prison de Villepinte.

Pierre-Marie Giraud

Crowdfunding campaign banner

6 Commentaires

  1. camarguais

    histoire incroyable, quel manque de lucidité (C.pas peu dire).

  2. Morel christian

    Nous aimerions bien connaître la suite de cette affaire. J’ai été son premier CB en 2003 et elle m a créé beaucoup de soucis.

  3. justice et vérité

    attendons que lumière soit faite sur cette gendarme. Une plainte pour diffamation pourrait être déposée. Amusant de voir les commentaires de gradés connus pour avoir pas mal de casseroles aux fesses….

  4. tos

    @morelchristian: cette gendarme l avait vous eu sous vos ordre dans le 78?

  5. Laurent

    Le ver est dans le fruit…

  6. carlos das neves

    Morel Christian étiez vous CB dans le 78 ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.