jeudi 1 octobre 2020
Accueil / Opérationnel / Fin de la garde à vue pour un ancien bâtonnier d’Ajaccio sans charge retenue
Un ancien bâtonnier du barreau d'Ajaccio gardé à vue depuis lundi avec une dizaine d'autres personnes, dont l'actuel bâtonnier, a été remis en liberté sans qu'aucune charge ne soit retenue contre lui, a indiqué mercredi son avocat.

Fin de la garde à vue pour un ancien bâtonnier d’Ajaccio sans charge retenue

Un ancien bâtonnier du barreau d’Ajaccio gardé à vue depuis lundi avec une dizaine d’autres personnes, dont l’actuel bâtonnier, a été remis en liberté sans qu’aucune charge ne soit retenue contre lui, a indiqué mercredi son avocat.

Me Philippe Gatti a été remis en liberté en fin de soirée mardi, “au terme d’une audition éprouvante de 40 heures qui l’a épuisé”, à la base militaire d’Aspretto, à Ajaccio, a déclaré Me Camille Romani. “Aucune charge n’a été retenue contre lui. Cela démontre bien le caractère scandaleux de cette garde à vue”, a ajouté Me Romani. Il a souligné qu’une “simple convocation aurait donc suffi” pour entendre son client “victime d’un lourd préjudice professionnel en raison de la médiatisation faite autour de sa garde à vue”.

Le barreau d’Ajaccio a dénoncé la violation du secret de l’enquête et l’atteinte au droit à la présomption d’innocence, déplorant notamment que les médias aient été très rapidement informés de l’arrestation des deux avocats. Cinq personnes, dont l’épouse de Me Gatti, avaient déjà été remises en liberté mardi sans qu’aucune charge ne soit retenue contre elles. Le bâtonnier Dominique Ferrari et quatre autres personnes, sur la dizaine interpellées lundi à Ajaccio et dans les environs, étaient en revanche toujours en garde à vue mercredi.

Ces arrestations ont été opérées par la police antiterroriste et la gendarmerie dans le cadre de l’enquête sur des attentats à la roquette contre des gendarmeries d’Ajaccio et Bastia, en décembre 2013. Ces actions n’avaient fait aucune victime et n’avaient pas été revendiquées. Les avocats corses ont poursuivi mercredi leur mouvement de protestation en ne participant pas aux audiences pour dénoncer les mesures de privations de liberté infligées à leurs confrères.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *