mercredi 3 juin 2020
Accueil / L'actualité Bretagne / Faux gendarmes, vrais escrocs: des personnes malveillantes tentent de profiter de la crise du coronavirus
Contrôle routier de la Gendarmerie (Photo d'illustration - ND/ L'Essor)
Contrôle routier de la Gendarmerie (Photo d'illustration - ND/ L'Essor)

Faux gendarmes, vrais escrocs: des personnes malveillantes tentent de profiter de la crise du coronavirus

Des escrocs tentent de profiter de la crise du coronavirus covid-19 en se faisant passer pour des gendarmes.

Après les arnaques aux masques, des personnes malveillantes tentent de tirer des gains avec le confinement. Les français sont priés de rester chez eux depuis le mardi 17 mars. La gendarmerie du Morbihan vient de lancer hier une alerte à ce sujet.

Lire aussi: Démarchage frauduleux et vente de masques périmés: le coronavirus mobilise la Gendarmerie

Coronavirus: des escrocs exigent un paiement en espèces à l’issue de leurs faux contrôles

Selon les militaires bretons, des personnes mal intentionnées se griment en gendarmes à la faveur d’un brassard. Ces escrocs au coronavirus mettent en place de faux contrôles. Et exigent bien sûr le paiement en espèces de l’amende de 135 euros mise en place en cas de non respect du confinement.

“Nous rappelons que les gendarmes agissent quasi exclusivement en tenue, sauf dans des circonstances particulières pendant lesquelles un brassard gendarmerie bien défini est porté, tricolore, de couleur blanche ou grise”, rappelle le groupement du Morbihan. Et de conseiller aux personnes contrôlées de demander la présentation de la carte professionnelle.

Une arnaque qui visiblement ne concerne pas que le Morbihan. Un automobiliste francilien a ainsi confié à L’Essor sa surprise d’avoir été contrôlé, sur une autoroute proche de Paris. Des faux policiers ont tenté de lui faire un… test de température. L’automobiliste, après avoir demandé leur carte aux faux policiers, les verra prestement décamper.

Peine d’un an d’emprisonnement

Le codé pénal prévoit une peine d’un an d’emprisonnement et 15.000 euros d’amende pour l’usage sans droit d’une qualité fixée par l’autorité publique. Des usurpations régulièrement sanctionnées par la justice. Les escrocs au coronavirus ont malheureusement des beaux jours devant eux. Le confinement pourrait en effet être maintenu encore plusieurs semaines par les autorités.

Lire aussi: Trois exemples de faux gendarmes qui aimaient un peu trop l’Arme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *