dimanche 9 mai 2021
Accueil / Opérationnel / Enquête ouverte après l’avarie moteur d’un A380 durant un vol Paris-Los Angeles
Un adjudant-chef de la section de recherches de la Gendarmerie des transports aériens (GTA)
Un enquêteur de la section de recherches de la Gendarmerie des transports aériens (GTA) (Photo/MG/L'Essor).

Enquête ouverte après l’avarie moteur d’un A380 durant un vol Paris-Los Angeles

Une enquête préliminaire, confiée à la gendarmerie des transports aériens, a été ouverte par le parquet de Paris, après le dépôt d’une plainte par des passagers d’un A380 qui avait connu une avarie moteur lors d’un vol Paris-Los Angeles fin septembre.

Ces passagers avaient déposé une plainte contre X en décembre pour mise en danger de la vie d’autrui. Cette enquête a été confiée à la section de recherches de la gendarmerie des transports aériens, confirmant une information du Point.


Une partie d’un des réacteurs de l’A380-800 d’Airbus, faisant la liaison Paris-Los Angeles le 30 septembre 2017, s’était décrochée en plein vol, contraignant l’avion à se dérouter vers l’aéroport militaire de Goose Bay, au Labrador (est du Canada), sans dommages pour ses 520 occupants (496 passagers et 24 membres d’équipage).

Le moteur – construit par les américains General Electric et Pratt et Whitney au sein d’Engine Alliance – a été déposé et acheminé au centre de maintenance du motoriste à Cardiff (Royaume-Uni) où il est examiné par des enquêteurs du Bureau d’Enquêtes et d’Analyses (BEA).

Selon les premières constatations, la soufflante, premier élément tournant à l’avant du moteur, s’est détachée en vol, entraînant avec elle la perte de l’entrée d’air. “Les conditions qui ont suivi la perte du moteur ont été extrêmement traumatisantes pour les passagers et l’équipage, ainsi qu’il ressort d’un grand nombre de témoignages, tous concordants“, selon la plainte, datée du 11 décembre.

Après être resté plus de deux mois au Canada, l’appareil a regagné Paris début décembre, après que son moteur défectueux eut été remplacé. Un temps incertain, l’avenir de l’A380, plus gros avion commercial au monde, s’est éclairci grâce à la commande récente de 36 appareils par la compagnie Emirates. Le PDG d’Airbus, Tom Enders, a estimé que cela donnait au groupe “une visibilité pour au moins les dix ans à venir“.

Avec AFP

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.