jeudi 9 avril 2020
Accueil / Opérationnel / Encore 3.100 soldats et gendarmes français fin août en Afghanistan
Le retrait des troupes françaises et de leur matériel d'Afghanistan s'est poursuivi durant l'été, pour atteindre un effectif d'environ 3.100 militaires et gendarmes français encore présents fin août dans le pays, a indiqué jeudi l'état-major des armées.

Encore 3.100 soldats et gendarmes français fin août en Afghanistan

Le retrait des troupes françaises et de leur matériel d’Afghanistan s’est poursuivi durant l’été, pour atteindre un effectif d’environ 3.100 militaires et gendarmes français encore présents fin août dans le pays, a indiqué jeudi l’état-major des armées.

Avec le transfert effectif fin juillet de la responsabilité de la sécurité du district de Surobi (est de Kaboul) aux forces afghanes, les troupes françaises sont désormais essentiellement déployées à Kaboul et en Kapisa (nord-est). Environ 2.000 soldats français des “forces combattantes” doivent au total avoir quitté le pays d’ici fin 2012, selon le calendrier fixé par le président François Hollande, soit deux ans avant le calendrier de l’Otan. Selon l’état-major, la moitié des effectifs retirés de Surobi est rentrée en France, soit environ 300 militaires.

Une autre partie a rejoint Kaboul pour des missions de protection des éléments français ou d’escorte des convois. Conformément au processus de transition, ils peuvent être appelés à intervenir au profit des forces afghanes désormais en charge d’assurer la sécurité en Surobi, a-t-on précisé de même source.

Fin août, 1.200 militaires français sont encore déployés en Kapisa, 1.350 à Kaboul, et une cinquantaine terminent le démantèlement des installations du détachement air retiré début juillet de Kandahar, dans le sud. Un peu moins de 150 gendarmes sont également présents, à Kaboul et en Kapisa, notamment pour des opérations de formation de la police afghane.

Par ailleurs, environ 200 militaires sont toujours détachés auprès de  l’état-major de la 3è brigade de l’armée afghane, à Naglu (Surobi), et 150 aviateurs sont enfin stationnés sur l’aéroport de Douchanbe, au Tadjikistan. Le désengagement du matériel s’est également poursuivi durant l’été, avec 18 vols d’avions gros porteurs en juillet et 16 en août, selon l’état-major. Ces vols ont permis l’évacuation d’une centaine de véhicules et d’autant de conteneurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *