mardi 27 octobre 2020
Accueil / Opérationnel / Des patrouilleurs? Rien de nouveau sous le soleil!
Le ministre de l'Intérieur Claude Guéant a annoncé mercredi 20 avril la création de "patrouilleurs" chargés de "donner plus de visibilité" à la police.

Des patrouilleurs? Rien de nouveau sous le soleil!

Le ministre de l’Intérieur Claude Guéant a annoncé mercredi 20 avril la création de “patrouilleurs” chargés de “donner plus de visibilité” à la police.

“Il faut lutter contre la délinquance, la criminalité, les faire reculer et créer un climat, une ambiance de sécurité”, a déclaré le ministre. “Pour cela il faut donner plus de visibilité à la police”, a-t-il ajouté lors d’un point de presse à la préfecture de Seine-Saint-Denis, à l’occasion du premier anniversaire de la nomination comme préfet de ce département, par le chef de l’Etat, de l’ancien “super flic” Christian Lambert.

L’entourage de M. Guéant a réfuté auprès de l’AFP un retour à la police de proximité telle que mise en place par le gouvernement socialiste de Lionel Jospin avant d’être enterrée par Nicolas Sarkozy peu après son arrivée en 2002 au ministère de l’Intérieur. Toujours selon l’entourage du ministre, les missions de ces “patrouilleurs”, qui circuleront généralement “en binômes” –à pied, en vélos, rollers ou en voiture–, seront “notamment” d’entretenir le “contact avec la population”, d'”observer et écouter, se renseigner, interpeller”. “Ces patrouilles seront fonction de l’observation de la délinquance réelle, avec des créneaux horaires adaptés à la réalité de la délinquance”, a encore fait valoir l’entourage de M. Guéant.
“A la rentrée de septembre”, a aussi déclaré M. Guéant à Bobigny, “les Français verront plus de policiers sur la voie publique et pourront s’adresser à eux”. Les “patrouilleurs”, a-t-il ajouté, seront expérimentés “sur certains sites” dès le début mai.

Dès sa nomination, M. Guéant avait déjà invité policiers et gendarmes à reprendre des contacts “plus systématiques” avec la population. Cela nous rappelle l’édit du 9 mars 1720 créant les brigades de Maréchaussée de 5 hommes, établies de telle sorte que chacune d’elles ait 4 ou 5 lieues à garder d’un côté et de l’autre sur une grande route; Ce même édit ordonnait aux cavaliers de patrouiller par deux  pour exercer la surveillance des populations!

C‘est exactement ce que vient de préconiser Claude Guéant qui avait peut être également relu le texte de la loi du 16 janvier 1791 stipulant que “la maréchaussée portera désormais le nom de Gendarmerie nationale”  et que ses fonctions essentielles sont “de faire les marches, tournées , courses et patrouilles dans tous les lieux des arrondissements respectifs, de recueillir et prendre tous les renseignements possibles sur les crimes et délits publics”.

Comme quoi il n’ y a réellement rien de nouveaux sous le soleil !

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.