jeudi , 17 juin 2021

Unité d’intervention polyvalente parmi les plus reconnues au monde, le GIGN est une force aux facettes multiples (Photo: Gendarmerie).
Unité d’intervention polyvalente parmi les plus reconnues au monde, le GIGN est une force aux facettes multiples (Photo: Gendarmerie).

Denis Favier : les interventions de grande ampleur, “la force de la Gendarmerie”

Trois interventions d’envergure en près de quatre jours. Avec à chaque fois un bilan positif. Pour le général Denis Favier, ancien directeur de l’Arme (2013-2016), ces opérations de grande ampleur constituent “la force de la Gendarmerie”.

Jeudi soir, 150 gendarmes au total se mobilisent après l’enlèvement d’une jeune fille et la mort d’un jeune homme à Courville (Marne). Vendredi, les gendarmes retrouvent la jeune fille vivante et arrêtent un homme dans la soirée. Vendredi matin, près de Nantes à 450 km de là, un homme blesse grièvement une policière municipale. 240 gendarmes participent à la traque du suspect dans cette zone périurbaine. Ils le tuent dans l’après-midi à la Chapelle-sur-Erdre après que celui-ci a ouvert le feu sur eux.

Lire aussi: Deux gendarmes blessés lors de la neutralisation de l’agresseur d’une policière municipale près de Nantes (Actualisé)

Samedi minuit, près de Sarlat (Dordogne) à 500 km de Nantes, un homme armé tire sur les gendarmes. Ceux-ci interviennent à l’occasion de violences conjugales. Il s’enfuit dans un secteur boisé au Landin-Saint-Lazare. Plus de 300 gendarmes le traquent avant que des gendarmes du GIGN le blessent grièvement en risposte à ses tirs.

Lire aussi: Les gendarmes traquent un homme armé en Dordogne (actualisé)

Traqué par 350 gendarmes

A chaque fois, la Gendarmerie a montré à travers ces interventions ses capacités à une rapide montée en puissance. Avec gendarmes départementaux, Psig, négociateurs, gendarmes mobiles, équipes cynophiles, hélicoptères, gendarmes d’élite d’antenne GIGN (AGIGN) ou du GIGN central de Satory. Le tout sous un même commandement local, celui du patron de la région de Gendarmerie.

Le général Favier (à gauche) lors de son départ du GIGN, avec son successeur, le colonel Orosco (Photo: M. Guyot/Essor)

Pour L’Essor, le général Denis Favier énumère les facteurs qui permettent ces mobilisations spectaculaires et efficaces. Il connait en effet bien la question. Alors qu’il était DGGN, il a supervisé la traque des frères Kouachi en janvier 2015 et l’opération après le crash de l’avion de la Germanwings deux mois plus tard. “La force de la Gendarmerie, c’est d’abord d’avoir un statut militaire qui lui permet une capacité de mobilisation rapide et importante“, assure-t-il. Il y ajoute “la présence territoriale par le réseau des brigades qui assure un déploiement rapide“.

La Gendarmerie dispose également “d’une capacité à faire remonter très vite les informations“, notamment grâce au téléphone “Néogend“, devenu l’ordinateur de poche des gendarmes. Autre facteur, selon Denis Favier, l’unité de commandement. En effet, le commandant de région dispose par délégation du directeur général de la “plénitude des moyens de commandement” dans sa zone. La “rusticité” de la Gendarmerie et, partant, sa capacité à tenir dans la durée, constituent également des atouts pour ces interventions.

Validation du système des AGIGN

Enfin, le général Favier, qui a commandé à deux reprises le GIGN, relève que La Chapelle-sur-Erdre et Le Landin-Saint-Lazare valident le système des antennes GIGN (AGIGN). Le général Ghislain Réty, commandant le GIGN historique de Satory (400 gendarmes) a désormais “la main” sur les sept AGIGN de métropole. Soit celles de Toulouse, Orange, Dijon, Nantes, Reims, Tours et Caen qui regroupent un total de 350 gendarmes. Il existe par ailleurs sept antennes en outre-mer ((Guadeloupe, Martinique, Guyane, Réunion, Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Mayotte).

PMG

2 comments

  1. Dans ces affaires de recherches d individus dangereux on parle beaucoup comme toujours du GIGN

    mais n oublions pas les personnels des brigades territoriales qui les premiers doivent faire face à ces
    situations que je qualifierais de guerre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.