samedi 23 mars 2019
Accueil / Brèves / De la Guyane à la Drôme et à l’Ardèche, deux filières de cocaïne et d’héroïne stoppées par les gendarmes
L'antenne GIGN d'Orange (Illustration /JPA/L'Essor)
L'antenne GIGN d'Orange (Illustration /JPA/L'Essor)

De la Guyane à la Drôme et à l’Ardèche, deux filières de cocaïne et d’héroïne stoppées par les gendarmes

Chaque semaine des mules transportaient jusqu’à deux kilos de cocaïne par le vol Cayenne-Orly pour alimenter la Drôme et l’Ardèche : les gendarmes ont démantelé deux filières en interpellant onze personnes.

Tout commence à Tain-l’Hermitage (Drôme), paisible commune en bord du Rhône davantage connue pour ses fruits et ses vins, comme l’AOC Crozes-Hermitage. En enquêtant sur un petit trafic local, les gendarmes découvrent une filière très organisée.

La cocaïne venait du Suriname, passait en Guyane par pirogue puis en taxi jusqu’à l’aéroport de Cayenne. Là, des mules s’introduisaient dans l’anus des capsules (jusqu’à 600/700 grammes) de drogue et les transportaient sur le vol en direction d’Orly, puis jusqu’à la gare de Valence TGV. Les mules étaient rémunérées entre 500 et 800 euros les 100 grammes. Une rémunération à la mesure du risque physique encouru : celui d’une over dose mortelle avec la rupture d’une capsule dans l’estomac.

A Valence , la drogue était préparée puis coupée. Achetée 8.000 euros le kilo, elle pouvait être revendue jusqu’à 50.000 euros au détail.

Parallèlement, une autre filière venant des Pays-Bas alimentait le métropole en héroïne.

L’enquête, menée par la SR de Grenoble avec le groupement de gendarmerie de la Drôme, a permis d’arrêter la tête de la filière guyanaise, un trentenaire résidant en Guyane, interpellé le 4 février à sa descente d’avion à Orly avec 2,4 kilos de drogue dans sa valise.

Trois mules, des hommes résidant aussi en Guyane, ont également été arrêtées et sept autres hommes d’une vingtaine d’années, des revendeurs locaux résidant à Valence.

Quatre d’entre eux ont été arrêtés en flagrant délit lors d’un go fast (transport de drogue en véhicules rapides en novembre 2018 dans une opération mobilisant près de 90 gendarmes, dont ceux de l’antenne GIGN d’Orange (Vaucluse), où 3,7 kilos d’héroïne ont été saisis.

Les 11 suspects ont été mis en examen pour trafic de stupéfiants en bande organisée, 10 ont été écroués, un dernier placé sous contrôle judiciaire.

 

P-M.G

 

 

A voir également

Le général d'armée Richard Lizurey, directeur général de la Gendarmerie le 10 janvier à Paris (Ph:M.GUYOT/ESSOR)

Le général Lizurey transforme la “Feuille de route” en “Cap Modernisation”

Créée il y a six ans par l’ancien directeur général, le général d’armée Denis Favier, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *