lundi 26 octobre 2020
Accueil / Opérationnel / Crash de l’A320 : le directeur du BEA entendu par les gendarmes

Crash de l’A320 : le directeur du BEA entendu par les gendarmes

Le directeur du Bureau d’Enquêtes et d’Analyses (BEA), Rémi Jouty, a été entendu par les gendarmes, qui lui reprochent d’avoir d’abord transmis l’enregistrement de la boîte noire au ministère des Transports, selon une information du Canard Enchaîné, partiellement démentie par le BEA.

Une porte-parole du BEA a confirmé que Rémi Jouty avait été entendu par la Gendarmerie, mais n’était pas en mesure de préciser le motif de cette audition. Le patron du BEA “a été interrogé par les gendarmes qui enquêtent sur le crash de l’Airbus de Germanwings. Il lui est reproché de ne pas les avoir informés en premier du contenu de l’enregistreur de vol”, affirme le journal satirique, dans son édition de mercredi.

Rémi Jouty “reconnaît avoir fait une copie de l’enregistrement” de la boîte noire, et “assure avoir transmis le document sonore non pas à la presse mais à sa tutelle: le ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie. Ce que confirme au Canard une source gouvernementale”, détaille l’hebdomadaire, qui explique que l’autorité judiciaire seule aurait du être informée.

La porte-parole du BEA a formellement démenti ces informations, précisant notamment que “Rémi Jouty n’a remis aucun document écrit ou sonore au ministère de l’Ecologie. La copie de l’enregistrement a été remise, après la conférence de presse (du BEA, mercredi, ndlr), vers 20H00, à un représentant de la justice, c’est-à-dire à la Gendarmerie des transports aériens (GTA)”.

Le Canard Enchaîné assure que le procureur de la République de Marseille, Brice Robin, “a même envisagé d’ouvrir une enquête préliminaire pour violation du secret de l’instruction”. Celui-ci avait déploré, jeudi lors de sa conférence de presse, avoir été informé “trop tardivement” de certains contenus de la boîte noire. Le BEA a par ailleurs annoncé mardi que “l’enquête de sécurité continue” pour comprendre l’accident de l’avion de Germanwings et va “s’attacher à étudier les failles systémiques qui auraient pu conduire à cet événement ou à d’autres événements similaires”.

Cette enquête “s’intéressera notamment à la logique du système de verrouillage des portes de cockpits et aux procédures d’accès et de sortie du cockpit, ainsi qu’aux critères et procédures susceptibles de détecter des profils psychologiques particuliers”, précise le bureau. L’accident a fait 150 morts.

(crédit photo : Francis Pellier MI DICOM)

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.