jeudi 1 octobre 2020
Accueil / Opérationnel / Crash A320 : trois hélicoptères de la Gendarmerie mobilisés
Un hélicoptère du PGHM (Photo d'illustration: MG/L'Essor).
Un hélicoptère du PGHM (Photo d'illustration: MG/L'Essor).

Crash A320 : trois hélicoptères de la Gendarmerie mobilisés

Afin d’évacuer les corps des 150 victimes du crash de l’A320 de Germanwings, les secours utilisent l’hélitreuillage, une technique “coûteuse” mais indispensable en “milieu complexe”, a expliqué jeudi le lieutenant-colonel Laurent Le Goff, chef d’état-major du commandement des Forces aériennes de la Gendarmerie nationale.

 Question : Comment fonctionne la technique de l’hélitreuillage?

Réponse :  “Une équipe d’une quarantaine de personnes est envoyée le matin sur le site, qu’il faudra aller récupérer ce soir. C’est la même équipe qui travaille toute la journée. Une fois près du site du crash, nous procédons par noria, c’est-à-dire des allers et retours ininterrompus. Trois hélicoptères opèrent simultanément les uns derrière les autres, avec une discipline et une haute technicité. Nous utilisons des EC145 et des EC135, des appareils qui permettent d’hélitreuiller jusqu’à 90 mètres. Là, on est à une hauteur située entre 30 et 50 mètres, pour éviter de +souffler la zone+ qui reste une zone d’enquête. Un des hélicoptères est équipé d’une caméra, qui permet aux autorités à Paris de suivre le déroulé des opérations.”

Q: Combien d’allers et retours sont effectués chaque jour?

R: “Depuis le début de la catastrophe, on en est à 300 hélitreuillages et 50 heures de vol. Nous avons cinq pilotes, et cinq mécaniciens de bord mobilisés sur l’opération. Depuis la +dropzone+ (zone d’atterrissage, ndlr), le trajet jusqu’au site du crash prend quatre à cinq minutes, et nous travaillons jusqu’au coucher du soleil. En dehors des trajets pour déposer les secouristes et enquêteurs le matin, et les récupérer le soir, tous les autres hélitreuillages permettent d’évacuer les corps. Nous avons deux camions ravitailleurs présents sur la +dropzone+, puisqu’en moyenne un hélicoptère consomme 250 litres de carburant par heure.”

Q: Pourquoi est-ce si compliqué?

R: “Dans ce milieu montagneux, très exigeant, escarpé, difficile, la priorité, c’est la sécurité. C’est un milieu très complexe, en raison des vents notamment, et du relief, il faut faire preuve de haute technicité. C’est le mécanicien qui guide le pilote et qui assure la sécurité et la précision de l’opération. On a un dénivelé de 400 mètres entre la partie basse et la partie haute, 300 mètres de large, et plusieurs ravines sur place. On a une forte expérience dans ce type d’évènements catastrophiques, nous sommes régulièrement engagés sur des évènements calamiteux comme des inondations, des épisodes neigeux… Il faut reconnaître que dans un crash de cette envergure, dans une zone aussi complexe, c’est certainement la première fois que nous engageons autant de moyens. C’est la technique d’évacuation la plus coûteuse, une minute coûte certainement plusieurs centaines d’euros.”

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *