lundi 28 septembre 2020
Accueil / Opérationnel / Coups de feu sur la gendarmerie de Bonifacio
Les impacts des tirs, qui proviennent vraisemblablement d'un pistolet automatique, ont été relevés entre les 2e et 3e étage, ce qui correspond à la partie abritant les appartements des familles des gendarmes. Michèle Alliot-Marie a condamné "avec la plus grande fermeté" ce "lâche attentat".

Coups de feu sur la gendarmerie de Bonifacio

Les impacts des tirs, qui proviennent vraisemblablement d’un pistolet automatique, ont été relevés entre les 2e et 3e étage, ce qui correspond à la partie abritant les appartements des familles des gendarmes. Michèle Alliot-Marie a condamné “avec la plus grande fermeté” ce “lâche attentat”.

La façade de la gendarmerie de Bonifacio (Corse-du-Sud) a essuyé trois coups de feu lundi soir sans faire de blessé, a-t-on appris mardi auprès de la gendarmerie d’Ajaccio. Les coups de feu ont été tirés vers 23H25 par un ou deux individus casqués sur un deux-roue. Les trois impacts ont été relevés entre le 2e et le 3e étage, ce qui correspond à la partie abritant les appartements des familles des gendarmes. Trois douilles de 9 millimètres ont été retrouvées à proximité du bâtiment, indiquant que les coups de feu ont été tirés vraisemblablement par un pistolet automatique, selon le procureur de la République à Ajaccio, José Thorel. Le parquet antiterroriste de Paris a été saisi de l’affaire et a confié l’enquête à la section de recherche de la gendarmerie d’Ajaccio.

La ministre de l’Intérieur Michèle Alliot-Marie a condamné “avec la plus grande fermeté” le “lâche attentat” de Bonifacio. Vingt-et-un impacts de calibre 9 millimètres avaient déjà été relevés le 18 juillet 2008 sur la façade de la gendarmerie de Bonifacio après un mitraillage.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *