samedi 16 novembre 2019
Accueil / Opérationnel / Coup de filet des gendarmes contre un médicament illégal, le Pentobarbital
Un enquêteur d'une brigade de recherches. Photo d'illustration (Crédit photo: GT/ L'Essor).
Un enquêteur d'une brigade de recherches. Photo d'illustration (Crédit photo: GT/ L'Essor).

Coup de filet des gendarmes contre un médicament illégal, le Pentobarbital

Les gendarmes viennent de réaliser un beau coup de filet contre les importations de Pentobarbital. Ils ont saisi 130 flacons de colis qui pourraient contenir ce médicament illégal.

Au total, cette belle saisie, dévoilée le 15 octobre, a mobilisé près de 300 officiers de police judiciaire, répartis dans 18 régions de Gendarmerie. Avant le coup de filet, l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (Oclaesp) et le service central du renseignement criminel avaient préparé ensemble la liste des perquisitions.

Lire aussi sur L’Essor: Mediator : les enquêteurs redoutaient l’enlisement des investigations

125 acheteurs de Pentobarbital identifiés

Photo d'illustration (Crédit photo: Marco Verch / Flickr).
Photo d’illustration (Crédit photo: Marco Verch / Flickr).

Les deux unités avaient en effet, selon le parquet de Paris, identifié près de 125 acheteurs français de “ce puissant barbiturique dénué d’autorisation de mise sur le marché pour la médecine humaine”. Pourtant, le Pentobarbital est interdit en France depuis 1996 pour la médecine humaine.

Mais “il est parfois détourné par des personnes souhaitant mettre fin à leurs jours”, regrette le parquet. Le tuyau qui a permis l’opération des gendarmes est venu des Etats-Unis. Les militaires avaient reçu en juillet 2019 la liste des destinateurs français de colis pouvant contenir ce médicament illégal. Dans la foulée, le pôle santé publique du parquet de Paris ouvrait une enquête préliminaire. Les investigations se poursuivent.

A voir également

Illustration (Photo : DC/L'Essor).

Féminicide dans le Bas-Rhin : la Gendarmerie donne des précisions (vidéo)

Mise en cause par la fille d’une victime d’un féminicide à Oberhoffen-sur-Moder (Bas-Rhin), la Gendarmerie demande à son …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *