mardi 27 octobre 2020
Accueil / Opérationnel / Corps dans une voiture calcinée : “homicide volontaire” pour le parquet

Corps dans une voiture calcinée : “homicide volontaire” pour le parquet

Le parquet d’Angers a ouvert une enquête préliminaire pour homicide volontaire après la découverte jeudi soir d’un corps dans le coffre d’une voiture brûlée dans le Maine-et-Loire mais l’état de calcination du cadavre n’a pas permis son identification. Le véhicule est en revanche bien celui d’une femme de 38 ans disparue de chez elle à Vritz (Loire-Atlantique) le 16 mars à une quinzaine de kilomètres de là, a dit le procureur de la République à Angers, Yves Gambert, lors d’un point presse vendredi.

“Il a été procédé à des prélèvements pour empreintes génétiques de ce corps qui nous permettra de savoir si on est bien en présence de son corps”, a raconté M. Gambert. “On n’arrivait même pas à identifier le sexe du cadavre au cours de l’autopsie, le médecin légiste penchait pour l’hypothèse d’une femme mais sans certitude”, a-t-il ajouté. Selon lui, un élément scientifique laisse en revanche “penser que la victime n’est pas morte d’asphyxie ou brûlée”.

“Les gendarmes ont passé la nuit et la journée sur place, de grosses opérations de police technique sont nécessaires”, a-t-il dit. Sur le lieu de découverte du corps, dans un coin reculé d’un bois de la commune de Saint-Michel et Chanveaux (Maine-et-Loire), plusieurs dizaines de gendarmes, de militaires et de membres de la police scientifique ont passé la journée à enquêter.

Outre des relevés autour du véhicule, des ratissages en ligne ont eu lieu sur les espaces autour du lieu de la découverte afin de relever des indices. La femme disparue, Anne Barbot, a semble-t-il quitté son domicile le 16 mars au matin pour rejoindre son emploi dans une grande surface à Candé (Maine-et-Loire) puis n’a plus donné signe de vie. D’intenses recherches dans les environs menées par les gendarmes et des proches, n’ont pas permis d’élucider sa disparition.

A la suite d’un appel à témoin, un chéquier au nom de la disparue avait été retrouvé non loin de Candé mercredi. Interrogé vendredi, le maire de Vritz Michel Jeanneau soulignait que la disparition, puis la découverte du corps avait semé l’émoi dans sa commune de 700 habitants. “Il y a des femmes qui m’ont dit que ça faisait peur, ça s’est passé un matin, en plein jour”, a-t-il indiqué. Du fait des incertitudes sur l’identité du corps, l’enquête pour disparition inquiétante de Mme Barbot ouverte à Nantes la semaine passée est toujours ouverte.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.