jeudi 24 septembre 2020
Accueil / Opérationnel / Condamné pour trafic de drogue, il accuse les gendarmes d’avoir menti sur PV
Justice (Photo Matthieu GUYOT/Essor)
(Photo/MG/Essor).

Condamné pour trafic de drogue, il accuse les gendarmes d’avoir menti sur PV

Un trafiquant présumé, condamné à douze ans de prison dans une affaire d’importation de cocaïne, a porté plainte pour faux contre les enquêteurs de la gendarmerie qu’il accuse de mensonges dans leurs procès-verbaux pour le faire tomber, a t-on appris jeudi auprès de son avocat.

Déjà condamné dans le passé pour trafic de stupéfiants, Mohamed Hideur, 43 ans, avait écopé de 12 ans de prison début 2014, devant la 16e chambre correctionnelle à Paris. Il a fait appel et a été remis en liberté après une erreur de procédure.

Dans cette affaire, il est soupçonné d’avoir participé à un important réseau d’importation de cocaïne. Les gendarmes de la section de recherche de Paris avaient mis au jour plusieurs voyages en Belgique et aux Pays-Bas et un laboratoire clandestin de transformation de la drogue avait été découvert dans un appartement à L’Île-Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).

Mohamed Hideur réfute toutes les constatations des enquêteurs à partir d’écoutes, d’images de vidéosurveillance et de sonorisation d’un véhicule, qui ont permis au juge d’instruction de l’impliquer dans six voyages en Belgique et aux Pays-Bas en 2011 et quatorze fois pour sa présence dans le laboratoire.

Images de mauvaise qualité, sons inaudibles, impossibilité qu’il soit sur certains lieux alors que des fiches de salaire attestent de sa présence au travail, il estime que les gendarmes ont travesti la réalité en toute connaissance de cause. “Mon client peut comprendre que les enquêteurs se trompent quelquefois mais pas qu’il y ait plus d’une vingtaine de procès-verbaux contenant des éléments faux utilisés à charge”, a indiqué son avocat, Me Yassine Bouzrou, qui a déposé plainte jeudi pour faux en écriture publique, afin d’obtenir la désignation d’un juge d’instruction.

La gendarmerie nationale a affirmé que “les enquêteurs n’ont fait que verser au dossier ce qu’ils ont constaté”, estimant que la plainte relève de la “stratégie de défense”. Dans son ordonnance, le juge d’instruction relevait que “les surveillances techniques qui se sont déroulées sur plusieurs mois ont permis aux enquêteurs de se familiariser tant avec sa voix qu’avec son apparence physique”, a indiqué une source proche du dossier.

Crowdfunding campaign banner

2 Commentaires

  1. Un citoyen parisien

    Hallucinant… On va bientôt devoir demander la permission aux traficants présumés de filmer avec des caméra cinéma 5K avec preneurs de son professionnels, voire devoir faire les voyages en belgique avec eux pour être sûr.

    Et… Je suis curieux de l’erreur de procédure invoquée. J’imagine les mois de filature, et l’avocat exploiter un formulaire qui n’est pas de la bonne couleur…

    Ce pays marche sur la tête. Quel courage il doit falloir a nos forces de l’ordre pour supporter un tel bullshit…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *