lundi 26 octobre 2020
Accueil / Opérationnel / Reconstitution du meurtre de deux femmes gendarmes : la compagne du prévenu nie toute responsabilité

Reconstitution du meurtre de deux femmes gendarmes : la compagne du prévenu nie toute responsabilité

Cette reconstitution devait durer une partie de la nuit, à l’abri des regards et sous la surveillance de nombreux gendarmes qui avaient bouclé le périmètre. Le procureur de la République de Toulon Xavier Tarabeux a expliqué que deux magistrats instructeurs chargés du dossier allaient superviser cette reconstitution. “Aujourd’hui il s’agit de remettre en situation à la fois le déroulement des faits et les déclarations des mises en examen dans le respect des droits de la défense”, a-t-il ajouté, notamment au sein de l’appartement où la première gendarme a été abattue, “un appartement de petite taille où s’est déroulée une rixe”.

Abdallah Boumezaar, un colosse d’1,80 m âgé d’une trentaine d’années, a reconnu avoir tué Alicia Champlon, une adjudante de 28 ans, et Audrey Berthaut, maréchal des logis-chefs de 35 ans, alors qu’elles intervenaient pour un différend à la suite d’un cambriolage. Il a été mis en examen pour homicide volontaire et assassinat.

Son amie de 20 ans, enceinte au moment des faits, Inès Farhat, est poursuivie pour complicité de crime et dissimulation de preuves.

Neuf coups de feu ont été tirés

L’homme avait tiré sur Audrey Berthaut après une bagarre au cours de laquelle il s’était emparé de son arme, avant de poursuivre sa collègue dans la rue et de faire feu dans sa direction. ” Au total, neuf coups de feu ont été tirés. Un coup de feu tout d’abord dans l’appartement (…), puis ensuite huit coups de feu ont été tirés dans la rue dont plusieurs ont été mortels pour Alicia Champlon”, a raconté le procureur. Le couple s’était ensuite enfui à pied avant d’être interpellé sans résistance vers 03H00 du matin dans le village varois de 2.000 habitants, à 200 m du lieu du crime, après une opération de ratissage de la gendarmerie.

Demande de remise en liberté

La reconstitution visait aussi à clarifier le rôle d’Inès Farhat le soir du drame. Selon son avocat, Me Guidicelli, “tous les témoins l’exonèrent”, assurant “qu’elle a tout fait pour éviter que ça dégénère”. Il assure notamment disposer d’une conversation téléphonique enregistrée dans laquelle le voisin victime du cambriolage “raconte en direct aux gendarmes ce qui se passe” et dédouane la jeune femme. Me Guidicelli va déposer dans les prochains jours une demande de mise en liberté de sa cliente qu’il décrit comme “très affectée” et “hantée par le visage de ces deux gendarmes mortes pour rien”.

Décrit comme un “impulsif”, Abdallah Boumezaar avait été incarcéré de mai 2005 à septembre 2011 pour des faits de violence, de rébellion ou de trafic de stupéfiants. Ecroué près de Lyon, il a depuis les faits été condamné à plusieurs reprises, notamment pour avoir incendié sa cellule et frappé des surveillants de la maison d’arrêt de Grasse.

Le meurtre d’Alicia Champlon et d’Audrey Berthaut avait suscité une vive émotion au sein de la Gendarmerie nationale, qui perdait pour la première fois de son histoire deux femmes lors d’une même opération.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.