samedi 28 novembre 2020
Accueil / Opérationnel / Charlie Hebdo : des milliers de policiers et gendarmes lancés dans une traque d’envergure
Traitement des prélèvements ADN à l'IRCGN (Photo d'illustration - MG/ESSOR)
Traitement des prélèvements ADN à l'IRCGN (Photo d'illustration - MG/ESSOR)

Charlie Hebdo : des milliers de policiers et gendarmes lancés dans une traque d’envergure

Plusieurs milliers de policiers et gendarmes sont lancés dans une traque d’envergure pour arrêter les auteurs en fuite de l’attentat contre Charlie Hebdo qui a fait douze morts mercredi, une véritable course course contre la montre. Une opération de police d’envergure pour arrêter les suspects dans l’attentat contre Charlie Hebdo était en cours à Reims vers 23H00, a annoncé en fin de soirée  un officier du Raid.

“Il faut aller vite, et c’est là toute la difficulté, car tant que ces mecs sont dans la nature, ils peuvent faire encore des dégâts”, souffle, dépité, un ancien du 36 quai des Orfèvres, où une cellule de crise a été mise en place. Les noms de trois hommes recherchés, dont deux frères, circulaient depuis le début de la soirée, sans aucune confirmation officielle.

La dernière piste laissée par les tueurs, “au moins deux” selon le procureur de Paris, se situe rue de Meaux dans le XIXe arrondissement de Paris, où les policiers ont perdu leur trace aux alentours de midi. Selon une source proche du dossier, les assaillants circulaient à bord d’une Renault Clio immatriculée à Paris. “Mais rien ne dit qu’ils n’ont pas changé de véhicule depuis”, a dit une source policière.

Peu après l’attaque, les experts de la police technique et scientifique ont ratissé tous les endroits où les assaillants sont susceptibles d’avoir laissé des indices, ce qui est la procédure habituelle dans toutes les enquêtes criminelles. Ces policiers spécialisés ont tenté de rechercher la moindre trace ADN, d’empreinte digitale ou d’autres éléments que les fuyards auraient pu laisser.

Les enquêteurs ont notamment mené des perquisitions à Reims, Strasbourg et dans plusieurs villes de la région parisienne. Ces opérations n’avaient encore donné lieu à aucune interpellation en milieu de soirée, selon des sources concordantes. “La voiture abandonnée par les terroristes au niveau de la porte de Pantin, le siège de Charlie Hebdo, ces endroits ont été passés au peigne fin”, a déclaré une source proche de l’enquête. Selon celle-ci, “il y a de grandes chances que les deux ou trois assaillants soient identifiés rapidement grâce à cette première étape, c’est très rare que les mecs ne laissent rien”.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.