dimanche 9 mai 2021
Accueil / A la Une / Calais : un gendarme condamné pour avoir volé le portable d’un migrant
Un gendarme a été condamné pour le vol d'un portable sur migrant, à Calais. (Photo M.G)
Un gendarme a été condamné pour le vol d'un portable sur migrant, à Calais. (Photo M.G)

Calais : un gendarme condamné pour avoir volé le portable d’un migrant

Un adjudant-chef de la gendarmerie a été condamné par le tribunal de Boulogne-sur-Mer à une amende de 1 500 euros pour le vol d’un téléphone portable commis à l’égard d’un migrant.

Les faits remontent au 15 novembre 2019 à Calais. Ce jour-là, un véhicule de la gendarmerie mobile est en patrouille. Un chauffeur de poids lourd vient à la rencontre des militaires. Trois migrants sont cachés à l’arrière de son camion. Les gendarmes invitent le petit groupe de migrants à sortir du véhicule. Ils sont laissés libres. Mais l’un d’eux sort son téléphone portable pour filmer la scène. “Dès lors, un adjudant-chef de 47 ans, originaire de la région parisienne, s’empare du téléphone et ordonne au migrant de partir. Par la suite, il s’avérera que le militaire a conservé pour lui ce téléphone“, relate le quotidien La Voix du Nord. Une personne, s’occupant des migrants, viendra ensuite déposer plainte pour le vol de ce téléphone.

Lire aussi : L’engagement des réservistes contre les traversées de la Manche par des migrants

“J’ai demandé à mes collègues que cette histoire reste entre nous

Le tribunal judiciaire de Boulogne-sur-Mer a jugé l’adjudant-chef jeudi dernier. Le militaire n’a pas nié les faits. A la barre, il a aussi reconnu avoir demandé à ses collègues de le couvrir. Et donc de ne rien dire à l’Inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN). “Je ne me suis pas vraiment rendu compte que j’avais gardé le téléphone sur moi. Après, je m’en suis débarrassé au plus vite. Malgré tout, un peu plus tard, il est vrai que j’ai demandé à mes collègues que cette histoire reste entre nous”, a précisé le prévenu à la barre, toujours selon la Voix du Nord. L’adjudant-chef a finalement été condamné à une amende délictuelle de 1 500 euros.

Des interventions de plus en plus délicates

Cette scène tendue entre des migrants et les forces de l’ordre n’est pas sans rappeler le climat qui règne à Calais et ses alentours. La pression migratoire y est constante depuis plusieurs années. L’autoroute A 16, dans les deux sens entre Calais et Coquelles, est régulièrement le théâtre de tentatives de traversée. Des migrants essaient de s’introduire dans les remorques des poids lourds en partance pour la Grande-Bretagne. Aux abords du tunnel sous la Manche, les forces de l’ordre doivent faire face à des interventions de plus en plus délicates.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.