vendredi 25 septembre 2020
Accueil / Opérationnel / Le bâtonnier Dominique Ferrari acclamé à son retour à Ajaccio
Le bâtonnier d'Ajaccio Dominique Ferrari a été acclamé par une cinquantaine de confrères et de militants nationalistes vendredi à son retour en Corse, après avoir été mis en examen à Paris dans une affaire d'attentats contre des gendarmeries.

Le bâtonnier Dominique Ferrari acclamé à son retour à Ajaccio

Le bâtonnier d’Ajaccio Dominique Ferrari a été acclamé par une cinquantaine de confrères et de militants nationalistes vendredi à son retour en Corse, après avoir été mis en examen à Paris dans une affaire d’attentats contre des gendarmeries.

Aux cris de “Liberta!” et dans une salve d’applaudissements, les avocats et les militants du parti Corsica Libera et de l’association de défense des prisonniers politiques corses Sulidarità brandissant des drapeaux blancs à tête de Maure ont acclamé Me Ferrari à l’aéroport d’Ajaccio. Souriant légèrement malgré des traits tirés et une barbe de plusieurs jours, le bâtonnier, accompagné de son avocat, Me Jean-Marc Lanfranchi, est arrivé de Paris par un vol régulier.

“Je vous remercie de votre soutien dans ces moments difficiles et je pense aussi à ceux qui sont encore à Paris”, a déclaré Me Ferrari, 53 ans, en tendant les bras et formant le “V” de la victoire avec les doigts. Après avoir étreint les membres de sa famille, très émus, il s’est dit “révolté” par sa mise en examen au terme de quatre jours de garde à vue, à Ajaccio, puis à Paris. “On essaye de m’atteindre à travers mes idées politiques et à travers les personnes que je défends. C’est scandaleux!”, a ajouté l’avocat nationaliste.

Le bâtonnier Ferrari a été mis en examen jeudi soir par le nouveau juge anti-terroriste parisien Antoine Gaudino pour “associations de malfaiteurs en vue de préparer des actes de terrorisme”, selon un communiqué du parquet de Paris. Sa mise en examen intervient dans une enquête sur des attaques à la roquette qui avaient visé les casernes de gendarmerie de Battesti à Ajaccio et de Bastia le 5 décembre 2013.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *