jeudi 1 octobre 2020
Accueil / Opérationnel / Bastia : l’ex-capitaine de gendarmerie Levan soutenu par l’un de ses anciens chefs

Bastia : l’ex-capitaine de gendarmerie Levan soutenu par l’un de ses anciens chefs

L’ex-capitaine de Gendarmerie François Levan, jugé pour divers délits devant le tribunal correctionnel de Bastia, a reçu mercredi le soutien de l’un de ses anciens supérieurs mais a été embarrassé pour expliquer comment il avait détruit seul une importante quantité de cannabis saisie en Corse.

L’ancien chef de François Levan à la section de recherches de la Gendarmerie de Corse, en 2002 et 2003, le colonel Yannick Herry, actuellement à la Direction de la Gendarmerie, a qualifié le prévenu “de meneur d’hommes, entreprenant, vif, disponible et motivé bénéficiant d’une aura auprès des personnels”, raisons pour lesquelles il l’avait nommé à la tête de l’antenne bastiaise de la SR.

Pas d’irrégularité dans son patrimoine

François Levan, 42 ans, est jugé, avec six coprévenus, pour des détournements de saisies de drogue, une séquestration, des écoutes illégales, complicité avec des racketteurs et d’autres faits de corruption. Aujourd’hui directeur d’hôtel à Marseille, après avoir quitté la Gendarmerie en 2010, il réfute la quasi-totalité des faits qui lui sont reprochés.

Longuement interrogé sur son patrimoine, dans lequel aucune irrégularité n’a été relevée, François Levan a toutefois reconnu avoir commis “une erreur grave” en fréquentant l’un des prévenus, Claude Valery, condamné pour escroquerie, à qui il a emprunté de fortes sommes d’argent. Il a en revanche difficilement justifié avoir opéré seul pour procéder à la destruction par le feu de 180 kilos de résine de cannabis au camp de la Gendarmerie de Borgo, bien que toutes les formes juridiques aient été respectées.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *