mercredi 23 septembre 2020
Accueil / Opérationnel / Bastia : un ex-officier de gendarmerie en correctionnelle
Justice (Photo Matthieu GUYOT/Essor)
(Photo/MG/Essor).

Bastia : un ex-officier de gendarmerie en correctionnelle

Gendarme “ripou” ou officier trahi par sa hiérarchie qui encourageait des pratiques d’enquête en marge de la légalité? Le tribunal correctionnel de Bastia va tenter, de mardi à jeudi, de trouver le chemin de la vérité sur la chute de l’ex-capitaine François Levan, jugé pour divers délits quand il servait en Corse, de 2002 à 2007.

François Levan, alias “le Chinois” en raison de ses origines asiatiques, se voit reprocher des détournements de saisies de drogue, une séquestration, des écoutes illégales, la complicité avec des racketteurs et autres faits de corruption.

Il nie la quasi totalité des faits reprochés

Cet homme énergique, qui comparaît libre et nie la quasi totalité des faits qui lui sont reprochés, dirigeait l’unité bastiaise de la section de recherches de Corse. Apprécié de sa hiérarchie à la tête de cette unité où sont affectés les meilleurs enquêteurs, il a quitté Bastia en 2007 pour prendre le commandement du groupement de gendarmerie de Fréjus (Var).

Mais, dans les mois suivant cette promotion, l’attention des gendarmes enquêtant sur une tentative de racket contre un restaurateur de la station balnéaire corse de Saint-Florent, a été attirée par des comportements surprenants du capitaine Levan, soupçonné notamment d’avoir divulgué des informations sur les investigations à un racketteur présumé.

Le train de vie du gendarme et certaines fréquentations jugées douteuses ont conduit l’inspection de la Gendarmerie, en 2008, à enquêter en profondeur sur ses activités en Corse.

Mis en examen en 2009, l’officier a passé trois mois en détention provisoire avant de démissionner de la Gendarmerie en 2010.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *