vendredi 23 octobre 2020
Accueil / Opérationnel / Attentat contre l’ambassade de France à Tripoli : dix gendarmes du GIGN envoyés sur place
Un gendarme du GIGN lors d'une démonstration au camp de Beynes (Photo M. Guyot/Essor).

Attentat contre l’ambassade de France à Tripoli : dix gendarmes du GIGN envoyés sur place

La section antiterroriste du parquet de Paris a ouvert une enquête mardi après l’attentat à la voiture piégée contre l’ambassade de France à Tripoli, au cours duquel au moins deux gendarmes ont été blessés, alors que dix gendarmes du GIGN devaient se rendre sur place. “Nous avons décidé d’envoyer un groupement du GIGN sur place et aussi le renforcement dans toute la zone des mesures de sécurité”, a annoncé le ministre des Affaires étrangères sur BFM-TV juste avant son départ pour Tripoli à la mi-journée.

Dix gendarmes du GIGN vont partir pour renforcer la sécurité des lieux et examiner les conditions d’un déménagement de l’ambassade qui est très endommagée, a précisé à la Gendarmerie. Huit gendarmes sont habituellement chargés de la sécurité de cette ambassade. Deux gendarmes français ont été blessés dans l’explosion. “L’un des deux est sérieusement blessé et devait être opéré sur place”, a indiqué Laurent Fabius.

La section antiterroriste du parquet a également ouvert une enquête en flagrance, pour tentative d’assassinat en lien avec une entreprise terroriste, destruction de locaux diplomatiques en lien avec une entreprise terroriste, association de malfaiteurs en vue de commettre des actes de destruction par explosif en lien avec une entreprise terroriste.

Le ministre au chevet des gendarmes blessés

Le ministre des Affaires étrangères a déclaré “Cet attentat aurait pu être absolument un carnage. Il s’en est fallu de quelques minutes: si le personnel avait été là, cela aurait été un drame épouvantable. Cet attentat était fait pour tuer. La France ne cédera pas. C’est un attentat qui vise non seulement la France mais l’ensemble des pays qui luttent contre les groupes terroristes “. Laurent Fabius doit se rendre au chevet des gendarmes blessés dès son arrivée vers 15h dans la capitale libyenne.

Soutien de Manuel Valls

Dans un communiqué, le ministre de l’Intérieur a apporté tout son soutien aux gendarmes blessés “à leurs familles, à leurs camarades qui , chaque jour protègent les intérêts de notre pays et de nos concitoyens, tant en France qu’à l’étranger”.

(D’après AFP)

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " : des articles inédits, une veille sur la presse et des informations pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.