mercredi 30 septembre 2020
Accueil / Opérationnel / Attentat à Saint-Quentin-Fallavier : un suspect arrêté par les gendarmes
Une personne est morte, décapitée, plusieurs ont été blessées et une personne arrêtée lors d’un attentat dans une usine de gaz industriels située à une quarantaine de kilomètres au sud-est de Lyon, tout proche de l’aéroport Saint-Exupéry.

Attentat à Saint-Quentin-Fallavier : un suspect arrêté par les gendarmes

Une personne est morte décapitée, plusieurs ont été blessées et une personne arrêtée lors d’un attentat dans une usine de gaz industriels située à une quarantaine de kilomètres au sud-est de Lyon, tout proche de l’aéroport Saint-Exupéry.

Une explosion s’est produite vers 10h dans une usine de la société américaine Air Products à Saint-Quentin-Fallavier (Isère) en zone Gendarmerie.

Les gendarmes ont arrêté un suspect âgé de 35 ans. L’auteur présumé de l’attentat aurait été en lien avec la mouvance salafiste mais n’a pas été identifié comme ayant participé à des actions terroristes. Des pompiers et des gendarmes ont été déployés autour de l’entreprise. Le périmètre était bouclé autour de ce site classé Seveso et un hélicoptère survolait la zone en fin de matinée.

Un corps décapité a été retrouvé à proximité de l’usine. Sa tête décapitée était accrochée à un grillage extérieur et recouverte d’inscriptions en arabe et encadrée par des morceaux de drapeau, un noir et un blanc, portant aussi des inscriptions en arabe. La victime serait un chef d’entreprise de la banlieue de Lyon, selon des sources proches du dossier.

Le parquet antiterroriste de Paris s’est saisi de l’affaire et a ouvert une enquête pour “assassinat et tentative d’assassinat en bande organisée et en relation avec une entreprise terroriste”. Il a confié l’enquête à la sous-direction antiterroriste (SDAT) et à la direction générale de la sécurité intérieure.

Le Premier ministre Manuel Valls, actuellement en voyage officiel Colombie a ordonné une “vigilance renforcée” sur tous les sites sensibles de Rhône-Alpes. Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve s’est rendu sur les lieux en fin de matinée. Le ministre de l’Intérieur a adressé à l’ensemble des forces de sécurité, du département de l’Isère et de la zone de défense, ses remerciements et sa a gratitude, “pour la rapidité avec laquelle ils sont intervenus sous l’autorité du Parquet, pour faire que ceux qui pourraient être impliqués dans cet acte odieux soient immédiatement neutralisés”.

Un conseil de défense a été mis en place par l’Elysée et une cellule crise installée au ministère de l’Intérieur.

Ségolène Royal, ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, a mobilisé ses services pour mettre en état de vigilance maximale les exploitants des sites Seveso. Il existe 1200 sites de ce type en France.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *