dimanche 21 juillet 2019
Accueil / A la une / Arrestation à Bobigny d’un criminel de guerre présumé au Libéria
photo d'illustration : Les gendarmes de l'OCLCH escortent un homme soupçonné de crimes de guerre (Illustration. Ph O. GENZEL/OCLCH )
Photo d'illustration : Les gendarmes de l'OCLCH escortent un homme soupçonné de crimes de guerre (Illustration. Ph O. GENZEL/OCLCH )

Arrestation à Bobigny d’un criminel de guerre présumé au Libéria

Les gendarmes de l’Office central de lutte contre les crimes contre l’humanité (OCLCH) ont bouclé en un temps record de six semaines une enquête qui a abouti mardi à l’arrestation d’un criminel de guerre présumé, soupçonné d’une série de crimes abominables il y a a plus de vingt ans au Liberia.

Saisie le 23 juillet d’une plainte de l’ONG suisse Civitas maxima, spécialisée dans la traque des criminels de guerre, la section AC5 (pôle crimes contre l’humanité, crimes et délits de guerre) du Parquet de Paris avait ouvert une enquête préliminaire, confiée à l’OCLCH.

Mardi 4 septembre à l’heure du laitier, les gendarmes de l’OCLCH ont frappé à la porte d’un appartement de Bobigny (Seine-Saint-Denis). Ils ont interpellé Kunti K., 44 ans, ressortissant libérien naturalisé néerlandais. La veille, des gendarmes de la Force observation recherche (FOR) du GIGN avait localisé le suspect qui résidant habituellement à Evreux (Eure) depuis 2016.

205.000 morts durant la guerre civile

Kunti K. aurait eu des responsabilités au sein de l’Ulimo (United Liberation Movement of Liberia for Democracy), faction de trois groupes armés s’opposant à Charles Taylor, au cours de la première guerre civile libérienne. Au Liberia, la guerre civile a fait au total 205.000 morts, dont une majorité de civils, de 1989 à 2003.

On le soupçonne d’avoir commis dans le comté du Lofa, dans le nord-ouest du Liberia, des meurtres, des actes de torture, de cannibalisme et de mise en esclavage et d’avoir enrôlé des enfants soldats.

Placé en détention provisoire

Placé en garde à vue, Kunti K.a été déféré le jeudi au Parquet qui a ouvert une information judiciaire. Présenté au magistrat instructeur, il  a été mis en examen pour “actes de torture aggravés par l’usage d’une arme et la réunion, et actes de torture constitutifs de crimes contre l’humanité”. Il a été placé en détention provisoire par le juge des libertés et de la détention conformément aux réquisitions du parquet.

 Créé en 2013, l’OCLCH est le benjamin des 14 offices centraux du ministère de l’Intérieur. Dirigé par le colonel Eric Emeraux, l’office compte une vingtaine d’hommes et de femmes. Il est actuellement saisi d’une centaines de dossiers : un tiers relatif au Moyen-Orient (Libye, Syrie, Irak), un tiers pour l’Afrique centrale (Rwanda, République centrafricaine) et un tiers pour d’autres pays, comme la Bosnie et le Kosovo.

PMG

A voir également

Photo d'illustration (Ph: M.GUYOT/ESSOR)

Réforme des retraites: les gendarmes tirent leur épingle du jeu

Retraites à jouissance immédiate et bonifications des gendarmes seront maintenues. Les primes seront en plus intégrées au calcul de la pension.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *