vendredi 25 septembre 2020
Accueil / Opérationnel / Après Trèbes, la gendarmerie planche sur une nouvelle organisation de l’intervention
L'antenne GIGN d'Orange (Illustration /JPA/L'Essor)
L'antenne GIGN d'Orange (Illustration /JPA/L'Essor)

Après Trèbes, la gendarmerie planche sur une nouvelle organisation de l’intervention

Six mois après l’attentat de Trèbes, au cours duquel le colonel Arnaud Beltrame avait été tué par un terroriste dans un supermarché de l’Aude, la direction de la Gendarmerie et le GIGN travaillent sur une nouvelle organisation de l’intervention.

Une réflexion sur ce thème qui peut se résumer par une question : faut-il donner davantage de moyens humains et transmettre des savoir-faire supplémentaires d’abord  aux antennes GIGN (AGIGN) et aux pelotons de sécurité et d’intervention de la gendarmerie renforcés (PSIG – Sabre), à même d’intervenir plus rapidement  lors d’attentats en  raison de leur implantation locale en les prélevant sur le GIGN central de Satory?

Le jeudi après-midi 27 septembre, lors d’une prise d’armes au GIGN sur le plateau de Satory près de Versailles, le patron des gendarmes, le général d’armée Richard Lizurey, a annoncé qu’un séminaire s’était tenu la semaine dernière sur ce sujet.

“Il faut poursuivre le travail d’analyse et de réflexion face au terrorisme low cost”, a dit le directeur général devant les hommes et les femmes de l’unité d’élite (près de 400 personnels), “sans idée préconçue ni approche dogmatique”.

“Les citoyens comptent sur notre adaptabilité”, a assuré le général Lizurey, ajounant qu’il “fallait encore réduire les délais d’engagements en transmettant les savoirs utiles”. Il a confirmé que le GIGN restait bien dans le “haut du spectre” de la lutte antiterroriste, ajoutant que le GIGN devait travailler “en relation étroite, fluide et souple” avec les AGIGN.

Le DG n’a pas cité l’attentat de Trèbes (Aude) au cours de laquelle le colonel Beltrame a été tué par un djihadiste après qu’il se fut substitué volontairement à une otage dans le supermarché de la petite ville. Au total, à Carcassonne et à Trèbes quatre personnes avaient été tuées par le terroriste.

L’officier a été tué au moment où l’antenne GIGN de Toulouse menait l’assaut pour tenter de le libérer. Les gendarmes de l’unité sont en effet intervenus quelques minutes après les mots (“attaque, assaut, assaut”) criés par Arnaud Beltrame qui tentait de maitriser Radouane Lakdim. Celui-ci a finalement été blessé par balles puis égorgé par le terroriste qui a été ensuite tué.

Ce délai serait du à l’absence dans les rangs de l’AGIGN de Toulouse de gendarmes formés au “dépiégeage d’assaut” car Radouane Lakdim avait disposé des engins explosifs de sa fabrication dans le supermarché. Le “dépiégeage d’assaut” consiste à déminer une zone tout en avançant lors d’un assaut. Une spécialité parfaitement maîtrisée par l’équipe d’intervention du GIGN de Satory qui s’est posée par hélicoptères à Trèbes au moment où les gendarmes de l’AGIGN de Toulouse donnaient l’assaut.

Et par “Saint-Michel” vive les paras!

Au cours de la cérémonie, les gendarmes du GIGN ont fêté – avec deux jours d’avance – pour la première fois la Saint Michel, patron des parachutistes depuis 1948 en criant “Et par Saint Michel, vive les paras”.   La Gendarmerie fête chaque année sa patronne traditionnelle Sainte Geneviève.

Six gendarmes ou ex-gendarmes du GIGN ont été décorés de la Légion d’honneur, de la Médaille militaire, de l’ordre national du Mérite ou de la médaille de la Gendarmerie.
Le général Laurent Phélip, commandant l’unité depuis un ans, a insisté sur “l’ancrage” du GIGN au sein des forces spéciales françaises. Il a dit qu’au cours des douze derniers mois, le GIGN avait été engagé à 250 reprises en France et à l’étranger. Cette semaine par exemple, des gendarmes de l’unité d’élite sont déployés sur les greens de la Ryder Cup, à quelques kilomètres de Satory, d’autres affectés à la protection de l’ambassadeur de France à Bagdad et d’autres encore occupés à organiser la protection d’une ambassade dans un pays en guerre avant sa réouverture

Gendarme du GIGN devant le véhicule Sherpa de l’unité d’élite. Photo d’illustration (M.GL’Essor).

PMG

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *