samedi 25 mai 2019
Accueil / A la une / Après des premiers essais au GIGN, la 4G débarque dans les forces d’intervention
L'application de messagerie sécurisée de Streamwide sur différents terminaux (Crédit photo:GT/L'Essor).
L'application de messagerie sécurisée de Streamwide sur différents terminaux (Crédit photo:GT/L'Essor).

Après des premiers essais au GIGN, la 4G débarque dans les forces d’intervention

Attendue depuis longtemps, la 4G va enfin débarquer dans les forces d’intervention françaises de la sécurité intérieure (BRI, GIGN, et Raid). Le ministère de l’Intérieur vient de notifier, ce mercredi 6 juin, la première attribution d’un lot d’un marché public très convoité dans les télécommunications, le marché PC-Storm. La société française Streamwide, spécialisée dans les logiciels de communication pour les opérateurs télécoms, va fournir une application de messagerie sécurisée permettant de géolocaliser, d’échanger des données, des flux vidéos, ou encore de consulter un annuaire enrichi constamment actualisé, le tout de manière hautement sécurisée.

Lire aussi sur L’Essor : Eurosatory 2018 : ces trois innovations qui intéressent les forces spéciales

Des fonctionnalités banales depuis la généralisation des smartphones, avec par exemple la messagerie grand public Whatsapp, mais dont les forces du ministère de l’Intérieur étaient privées, la faute à des réseaux radios d’ancienne génération. “PC-Storm sera un outil complémentaire, corrige un membre du GIGN à L’Essor. Mais à terme il deviendra indispensable”, avec la montée en puissance du très haut-débit mobile.

Un besoin révélé après 2015

Photo d'illustration (GIGN).
Photo d’illustration (GIGN).

Concrètement, la 4G va permettre à des forces d’intervention de transmettre des vidéos après une opération, d’envoyer des éléments de preuve au commandement ou de donner des premiers éléments d’ambiance. Le besoin d’une telle solution technique s’est révélé au grand jour en janvier 2015 lors de la traque des frères Kouachi à Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne), après l’attentat contre Charlie-Hebdo. Dans la campagne, le réseau téléphonique se révèle vite saturé. Le marché PC-Storm doit combler cette faille grâce à la mise en place de bulles tactiques radios pouvant pallier les défaillances des infrastructures des opérateurs.

Ce nouveau équipement ne devrait arriver qu’au début de l’année prochaine dans les forces d’intervention. Pourtant, il est déjà bien connu au GIGN. Le groupe teste depuis environ deux ans une autre version de l’application de Streamwide, antérieure à celle qui sera déployée. Elle a ainsi été expérimentée durant l’Euro de foot 2016, des matchs du championnat de handball à Nantes en 2017 ou le Tour de France. “Cela nous a permis de constater la réelle plus-value de ce type d’outil”, explique ce membre du GIGN. Le groupe a d’ores et déjà testé une centaine de fonctionnalités qui vont lui permettre de poursuivre sa transformation numérique – par exemple une check-list envoyée et validée avant un départ.

Faciliter le travail en commun des forces d’intervention

Demain, la mise en place de la nouvelle application devrait faciliter le travail en commun des différentes forces équipées (BRI, GIGN, Raid) de l’Intérieur mais aussi de la défense avec les commandos marine. Une innovation regardée de très près au ministère de l’Intérieur: ce marché constitue la première pierre vers le réseau radio du futur qui devra offrir aux policiers, pompiers et gendarmes, un réseau en 4G, résilient et sécurisé avec des applications métiers multimédia d’ici les Jeux Olympiques 2024. La Gendarmerie, précurseur avec le réseau radio Rubis à la fin des années 1980, aura un rôle central dans ce projet, avec le centre de données de PC-Storm qui sera hébergé à Rosny-sous-Bois. Une plateforme des “communications critiques” destinée à devenir une vitrine du savoir-faire français, une des premières solutions à être mises en oeuvre dans les services de sécurité dans le monde.

Gabriel Thierry

A voir également

La colonelle Patricia Boughani, à gauche (Crédit photo: DC/L'Essor).

La Gendarmerie promeut sa troisième officière générale, Patricia Boughani

La colonelle Patricia Boughani devient la troisième officière générale de la Gendarmerie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !