jeudi 29 octobre 2020
Accueil / Opérationnel / Affaire Blériot : l’arrêt de la chambre de l’instruction de Reims cassé
En juin 2010, la chambre d’instruction de la cour d’appel de Reims retirait pour un an l’habilitation OPJ du colonel Blériot, patron des gendarmes des Ardennes, au motif qu’il avait refusé que ses hommes participent à une reconstitution sordide.

Affaire Blériot : l’arrêt de la chambre de l’instruction de Reims cassé

En juin 2010, la chambre d’instruction de la cour d’appel de Reims retirait pour un an l’habilitation OPJ du colonel Blériot, patron des gendarmes des Ardennes, au motif qu’il avait refusé que ses hommes participent à une reconstitution sordide. Ce 8 juin, la chambre criminelle de la Cour de Cassation a cassé l’arrêt en question. L’affaire est renvoyée devant la cour d’appel de Douai.

“Une sanction démesurée” avions nous titré dans l’Essor en juin 2010. Et pour cause. Le colonel Nicolas Blériot, commandant le groupement des Ardennes, avait été suspendu de son habilitation d’officier de police judiciaire (OPJ) pour une durée d’un an pour avoir refusé de désigner des gendarmes qui devaient jouer le rôle de figurants dans une reconstitution de scène de crime. Il s’agissait en l’occurrence du double meurtre commis par un père de famille qui avait assené une vingtaine de coups de sabre à sa fille et à sa femme.

Dans son mémoire présenté devant la chambre d’instruction, le militaire avait estimé qu’il était de “son devoir fondamental de chef de préserver (ses) personnels, autant que faire se peut, des situations stressantes que le service ne leur impose pas, dans lesquels ils ou elles se retrouveraient victimes d’attouchements sexuels par un délinquant pervers qui aurait plaisir à rejouer la scène, ou, en l’occurrence, victimes d’un individu ayant tué une femme d’une vingtaine de coups de sabre”.
Le colonel Blériot avait reçu le soutien notamment du ministre de l’Intérieur ainsi que du directeur général de la Gendarmerie Nationale Jacques Mignaux qui lui avait renouvelé “son entière confiance à la tête  de son commandement”.

Nous consacrerons un article à la suite de cette affaire dans le numéro 437 de “l’Essor”  à paraître en juillet.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.