lundi 28 septembre 2020
Accueil / A la Une / Affaire Adama Traoré: le conseil municipal prend en charge les frais de justice d’un maire menacé
Deux frères d'Adama Traoré ont été condamnés pour des violences contre les forces de l'ordre (Photo d'illustration - SD/L'Essor)
Deux frères d'Adama Traoré ont été condamnés pour des violences contre les forces de l'ordre (Photo d'illustration - SD/L'Essor)

Affaire Adama Traoré: le conseil municipal prend en charge les frais de justice d’un maire menacé

Le conseil municipal de Beaumont-sur-Oise (Val-d’Oise) a voté jeudi 8 décembre la prise en charge des frais de justice de la maire qui a déposé trois plaintes pour insultes, outrages et menaces, après avoir été insultée et menacée de mort dans les rues de la commune et sur les réseaux sociaux ces derniers mois. Assa, la soeur d’Adama Traoré, a dénoncé une protection “injustifiée” . Un membre de la fratrie a pour sa part,

essor Affaire Adama Traoré
La famille d’Adama Traoré accuse les gendarmes de l’avoir tué (Photo d’illustration S.D L’Essor).

déposé plainte contre une policière municipale qu’il accuse d’avoir fourni un certificat médical de complaisance.

Tous les élus de la majorité ont voté pour la “protection fonctionnelle” de la maire, Nathalie Groux, lui accordant un plafond de prise en charge de 20.000 euros, a constaté une journaliste de l’AFP.
Cinq élus d’opposition ont voté contre, lors de ce conseil qui s’est déroulé dans le calme et pour lequel un important dispositif de sécurité avait été déployé, après des incidents le 17 novembre lors d’un précédent conseil qui avait dû être annulé.
Selon la délibération sollicitant cette protection Mme Groux a déposé trois plaintes pour insultes, outrages et menaces, après avoir été insultée et menacée de mort dans les rues de la commune et sur les réseaux sociaux ces derniers mois.
Après la séance, Assa Traoré, la soeur d’Adama, a dénoncé une protection “injustifiée”. “La maire a déshumanisé la ville de Beaumont”, a-t-elle lancé, en présence d’une quinzaine de personnes rassemblées derrière le périmètre de sécurité mis en place autour de l’Hôtel de ville.

Procès sous tension des deux frères le 14 décembre

Selon la préfecture du Val-d’Oise, quelque 200 gendarmes étaient déployés jeudi à Beaumont-sur-Oise et dans les communes alentours où la situation s’est à nouveau brutalement dégradée ces dernières semaines: conseil municipal annulé les 17 et 22 novembre, violences urbaines, et placement en détention provisoire de deux frères d’Adama dans l’attente de leur procès le 14 décembre.
Bagui Traoré, 25 ans, et Ysoufou Traoré, 22 ans sont accusés de violences et outrages contre les forces de l’ordre en marge du conseil municipal du 17 novembre.
La situation avait dégénéré ce soir-là quand gendarmes et policiers municipaux avaient refoulé une partie de la famille qui voulait assister au conseil censé déjà se prononcer sur la “protection fonctionnelle” de la maire. Les deux frères nient les faits.

L’un des frères Traoré dépose plainte contre une policière municipale

Bagui Traoré, l’un des deux frères  a déposé plainte contre une policière municipale qu’il accuse d’avoir produit “un certificat médical de 
complaisance”.
La plainte adressée mercredi au parquet de Pontoise par Yassine Bouzrou, avocat de Bagui Traoré, vise une policière municipale blessée en marge du conseil municipal pour les chefs de “dénonciation calomnieuse” et d'”escroquerie au jugement”.
L’avocat y évoque un “certificat médical de complaisance” établi dans le but de “d’aggraver les prétendues violences subies” et de “déterminer le tribunal correctionnel à lui accorder des dommages et intérêts d’un montant important”.
Me Bouzrou reproche notamment à la fonctionnaire, qui dit avoir reçu des coups au visage, d’avoir remis à la juridiction qui doit juger les frères Traoré un certificat établi “à sa demande” par un médecin qui lui octroie huit jours d’ITT (incapacité totale de travail), alors qu’une deuxième expertise, établie par un médecin des Unités médico-judiciaires (UMJ), a conclu à un seul jour d’ITT.
Or selon l’avocat, la policière argue de huit jours d’ITT devant le tribunal, “ce qui est parfaitement faux”.

Crowdfunding campaign banner

2 Commentaires

  1. lall

    Evidemment c’est l’argent du contribuable. Pourquoi ne pas lui demander son avis

    • Kiki

      Soutien aux élus et aux forces de l’ordre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *