mercredi 23 septembre 2020
Accueil / Opérationnel / Accident mortel : deux ans de prison avec sursis requis contre un gendarme
Justice (Photo Matthieu GUYOT/Essor)
(Photo/MG/Essor).

Accident mortel : deux ans de prison avec sursis requis contre un gendarme

Le procureur de la République de Tours a requis jeudi deux ans de prison avec sursis contre un gendarme qui avait fauché en 2011 un groupe d’enfants, tuant une fillette de onze ans, après avoir perdu la maîtrise de sa camionnette, à Joué-lès-Tours, dans la banlieue de Tours.

Le procureur Benoît Bernard a également demandé l’annulation du permis de conduire du gendarme, en service lors du drame, avec interdiction de le repasser pendant un an. Grégory Potiron était prévenu d’homicide involontaire, de blessures involontaires et de conduite d’un véhicule à une vitesse excessive eu égard aux circonstances.

Le gendarme a reconnu être sous anxiolytiques lors de l’accident, ce qu’il n’avait pas dit aux enquêteurs aux moments des faits. Il a expliqué ne pas en avoir parlé “par gêne” vis-à-vis de ses collègues et parce qu’il ne voyait pas “le lien avec l’accident”. Il a reconnu une erreur d’appréciation du virage mais pas une vitesse excessive, estimée par les expertises à 72 km/h et par lui à 35km/h.

Le jugement mis en délibéré au 5 février 2015

En larmes, Grégory Potiron s’est adressé à la famille: “Je veux m’excuser auprès de toutes les victimes. J’aurais donné ma vie pour Mélanie. J’y pense tous les jours”, a-t-il dit. Des excuses insuffisantes selon Delphine Moreno, la maman de la fillette pour laquelle le plus difficile pendant ces trois ans et demi, a été de ne pas avoir eu d’explications. “Le mensonge a été une trahison!”, a-t-elle dit.

Le 30 mai 2011, le gendarme avait renversé un groupe d’enfants, tuant une fillette, après avoir perdu la maîtrise de sa camionnette. Deux autres enfants avaient été grièvement blessés. L’un éprouve encore des difficultés à marcher et l’autre est en fauteuil roulant. Une vingtaine de parties civiles étaient présentes dans le tribunal de Tours. Le jugement a été mis en délibéré au 5 février prochain.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *