mardi 13 avril 2021
Accueil / Brèves / Légion d’honneur, Médaille militaire, citation à l’ordre de la Nation officielles pour les gendarmes de Saint-Just
Cyrille Morel, Rémi Dupuis et Arno Mavel, les trois gendarmes tués par un forcené à Saint-Just, dans le Puy-de-Dôme, mercredi 23 décembre 2020. (Photos: DR - Linkedin et Facebook)
Cyrille Morel, Rémi Dupuis et Arno Mavel, les trois gendarmes tués par un forcené à Saint-Just, dans le Puy-de-Dôme, mercredi 23 décembre 2020. (Photos: DR - Linkedin et Facebook - Montage L'Essor)

Légion d’honneur, Médaille militaire, citation à l’ordre de la Nation officielles pour les gendarmes de Saint-Just

Leurs décorations à titre posthume avait eu lieu quelques jours après le drame. Les gendarmes tués et blessé par les tirs d’un forcené à Saint-Just en décembre 2020 viennent de recevoir officiellement la Légion d’honneur et la Médaille militaire.

Lire aussi: Hommage de la Nation aux trois gendarmes tués par un forcené

La croix de chevalier de la Légion d’honneur avait été déposée sur leurs cercueils fin décembre, lors d’une cérémonie d’hommage en leur mémoire. Leur nomination est aujourd’hui officielle.

Début février, Cyrille Morel, Rémi Dupuis et Arno Mavel avaient été officiellement cités à l’ordre de la Nation. Qualifiés de “gendarmes combatifs et altruistes, particulièrement volontaires et animés des plus hautes qualités morales et professionnelles”.

Lire aussi: Arno, Rémi et Cyrille: qui sont les trois gendarmes tués par le forcené du Puy-de-Dôme?

Un premier décret publié ce vendredi 26 février 2021 au Journal officiel indique la nomination des trois gendarmes décédés au grade de chevalier de la Légion d’honneur. L’adjudant-chef Bertrand Boyon, également blessé au cours de cette intervention dans le Puy-de-Dôme le 22 décembre 2020, fait aussi partie des décorés.

Les sous-officiers Rémi Dupuis et Arno Mavel reçoivent également la Médaille militaire, comme le précise un second décret publié vendredi.

Deux mois après, l’émotion et la blessure de la perte de ces gendarmes se fait toujours sentir. Notamment au sein de la compagnie d’Ambert, profondément touchée par ce drame. Leurs noms ainsi inscrits dans les colonnes du Journal officiel rendent leur mémoire éternelle.

Lire aussi: Deux mois après, les blessures toujours vives des gendarmes d’Ambert

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.