L'Essor

La médaille de l’Aéronautique s’ouvre à d’autres horizons

Un des 15 hélicoptères EC135 de la Gendarmerie lors d'une présentation à Roanne. (J-M. TANGUY/ESSOR)

La médaille de l’Aéronautique, très prisée des pilotes, s’ouvre à d’autres horizons. Un décret élargit en effet le périmètre des activités nécessaires pour l’attribution de cette décoration décernée chaque année seulement à moins de trois cents exemplaires.

La médaille de l’Aéronautique (Wikimedia commons)

Recherche stratégique et innovation

Le décret, paru ce jeudi au Journal officiel, prend donc en compte l’évolution et les mutations du secteur aéronautique et spatial. Il étend ainsi à de nouveaux bénéficiaires l’attribution de cette distinction, “en reconnaissance des mérites acquis par leur engagement en faveur du succès, du rayonnement, du développement durable, économique et technique des activités, infrastructures et matériels aéronautiques ou spatiaux”. Sans oublier la recherche stratégique et l’innovation dans ces domaines.

Lire aussi: Soutien à la filière aéronautique: dix hélicoptères H160 pour les gendarmes

Les pilotes militaires d’abord

Créée par décret du 16 mai 1949, la médaille de l’Aéronautique a d’abord privilégié les pilotes militaires. Les pilotes d’essais, les pilotes civils, les médecins militaires spécialisés dans l’évacuation aérienne, ont rejoint ensuite les rangs des décorés. Puis au fil des années, la médaille a été décernée à des ouvriers et des industriels du secteur ou à des fonctionnaires de l’Aviation civile. De nombreux spationautes français, comme Patrick Baudry et Thomas Pesquet ont régalement reçu la médaille de l’Aéronautique. La promotion de l’été 2020 compte dans ses rangs le gérant d’une société bretonne de drones.

Il y a deux promotions par an. La promotion d’août 2020 a récompensé une centaine d’hommes et de femmes, dont trois pilotes de la Gendarmerie. Celle de janvier 2021, près de 130 personnes, dont sept sous-officiers ou officiers de la Gendarmerie, tous pilotes.

Il faut être âgé d’au moins 35 ans et avoir 15 années de service pour pouvoir prétendre à cette décoration. Celle-ci peut aussi être décernée à titre posthume ainsi qu’à des étrangers. Un arrêté, paru également ce jeudi au Journal officiel, fixe désormais à 275 croix (185 pour les Armées et 90 pour les Transports) le contingent annuel de cette médaille. La médaille de l’Aéronautique se situe au 17ème rang dans l’ordre protocolaire des décorations.

Lire aussi: Un pilote de la Gendarmerie s’envole définitivement, foudroyé par la maladie

PMG

Exit mobile version