dimanche , 13 juin 2021

Matériels pour confectionner des mélanges gazeux utilisés pour faire exploser les distributeurs automatiques de billets. (Photo: Gendarmerie – SR de Lyon).

Création du Service central des armes et des explosifs

Un décret, publié dimanche au Journal officiel, crée le Service central des armes et des explosifs. Ce service à compétence nationale, rattaché au ministère de l’Intérieur, remplace le Service central des armes (SCA) créé en 2017.

Il devra assurer la cohérence de la politique publique de contrôle des armes et des précurseurs d’explosifs. On appelle précurseurs d’explosifs, ces produits chimiques (substances et mélanges) d’usage courant, qui peuvent être utilisés pour la fabrication illicite d’explosifs. Ainsi le nitrate d’ammonium, tiré d’engrais agricoles et associé au fioul, constitue un explosif meurtrier, longtemps utilisé en Corse. De même, un mélange d’oxygène et d’acétylène permet-il de faire exploser les distributeurs automatiques de billets.

Contrôle des armes et des explosifs civils

Ce nouveau service participera également au contrôle des explosifs à usage civil (démolitions, carrières). Il veillera également au contrôle des armes en lien permanent avec les professionnels (armuriers) et les détenteurs (chasseurs, tireurs sportifs, collectionneurs). Les spécialistes estiment que le nombre des armes détenues légalement ou illégalement en France s’élève à une dizaine de millions.

Lire aussi: Création d’un fichier de traçabilité complète des armes à feu

Le SCA actuel est dirigé par Jean-Simon Merandat, un sous-préfet. Celui-ci a comme adjoint Thierry Ourgaud, commissaire général de police.

PMG

2 comments

  1. Jean Pierre de Biasi

    Bonsoir,

    Je me suis abonné au journal L’Assor et me suis inscrit pour recevoir les derniers articles de l’Essor.
    Ils arrivent bien sur ma boite mail mais, au moment de les ouvrir, malgré que je sois déjà abonné, on me présente chaque fois une invitation à l’abonnement et je ne peux lire ces articles.
    Pouvez-vous m’expliquer pourquoi ?
    S’il faut me désabonner car trop de lecteurs, dites-le moi.
    Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.