dimanche 20 septembre 2020
Accueil / Officiel / Concours de sous-officiers : du changement dans les épreuves et les coefficients 
devenir gendarme recrutement concours sous-officier
Illustration (SD/L'Essor).

Concours de sous-officiers : du changement dans les épreuves et les coefficients 

Arrêté du 27 avril 2017 modifiant l’arrêté du 27 avril 2011 modifié fixant les programmes, les conditions d’organisation et de déroulement ainsi que les coefficients attribués aux différentes épreuves des concours prévus à l’article 13-1 du décret n° 2008-952 du 12 septembre 2008 portant statut particulier du corps des sous-officiers de gendarmerie
Le ministre de l’intérieur,
Vu l’arrêté du 27 avril 2011 modifié fixant les programmes, les conditions d’organisation et de déroulement ainsi que les coefficients attribués aux différentes épreuves des concours prévus à l’article 13-1 du décret n° 2008-952 du 12 septembre 2008 portant statut particulier du corps des sous-officiers de gendarmerie,
Arrête :

Article 1

L’article 23 de l’arrêté du 27 avril 2011 susvisé est remplacé par les dispositions suivantes :

« Art. 23. – Pour les trois concours, est éliminé tout candidat ayant obtenu une note inférieure à 6 sur 20 à l’une des épreuves, à l’exception de l’épreuve physique gendarmerie pour laquelle toute note inférieure à 3 sur 20 est éliminatoire. ».

Article 2

Le point 1.1. du I. de l’annexe IV de l’arrêté du 27 avril 2011 susvisé est remplacé par les dispositions suivantes :
« 1.1. Atelier n° 1 : parcours d’obstacles
« Le candidat accomplit six fois le parcours d’une longueur de 50 mètres en appliquant les consignes suivantes :
« 1. Partir du cône de départ, courir en direction du cône 1.
« 2. Contourner le cône 1, traverser en diagonale en direction du cône 2. Avant d’atteindre ce cône, franchir d’un bond, sans le toucher, un obstacle (tapis de sol) de 1,80 m de long pour les hommes, de 1,60 m de long pour les femmes. A la réception, tourner à gauche autour du cône 2 et se diriger vers l’escalier.
« 3. Monter et descendre l’escalier en courant, en touchant au moins une marche en montant, la plate-forme supérieure et une marche en descendant.
« 4. Contourner le cône 3, remonter et redescendre l’escalier puis se diriger vers le cône 4.
« 5. Tourner à gauche et se diriger en diagonale vers le cône 5. Avant d’atteindre ce cône, sauter deux obstacles de 45 cm de haut, distants de 3 mètres.
« 6. Au cône 5, tourner à droite et se diriger vers le cône de départ. Avant d’atteindre ce dernier, franchir une poutre placée à 0,90 m du sol, maîtriser sa réception et se laisser tomber sur le dos ou sur le ventre (alternativement à chaque tour). Se relever sans aide (ne pas se retourner si l’on tombe sur le ventre, ne pas rouler sur le côté lorsque l’on tombe sur le dos, ne jamais s’aider de la poutre) et contourner le cône de départ avant d’accomplir un autre tour ;
« 7. Lorsque les six tours sont terminés, se diriger vers l’atelier n° 2.
« Fautes relevées :

« – non-franchissement du tapis ;
« – cône ou barre renversé ;
« – poutre touchée avec toute autre partie que les mains ou les pieds ;
« – se relever en s’aidant de la poutre ou en roulant sur le côté.

« Toute faute est immédiatement sanctionnée par l’obligation de tenter à nouveau le passage de l’obstacle jusqu’à y parvenir après avoir, le cas échéant, replacé l’élément tombé. Le non-franchissement du tapis répété six fois entraîne l’échec de l’épreuve. ».

Article 3

Les dispositions du présent arrêté entrent en vigueur le 4 octobre 2017.
Crowdfunding campaign banner

2 Commentaires

  1. J’ai connu des candidat(e)s très valables de la société civile ,intégrés dans le monde professionnel, avec CV reconnus…..recalées à cause de tests physiques qui étaient le sésame…..mais qui ne pouvaient s’entraîner laissant le champ libre à des candidats admis ,du ” tour extérieur” comme supplétifs, à l’ancienneté auxquels on laissait toute latitude pour satisfaire cette épreuve sur-évaluée au détriment d’autres, alors que l’entraînement physique s’acquérait durant la formation en école…..

  2. Calvino

    6 et 3/20, notes éliminatoires… J’ai bien lu ? Il est vrai que des instituteurs ont été admis avec des moyennes de 4,75/20. A quoi bon ce genre d’épreuves ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *