mercredi 25 novembre 2020
Accueil / Brèves / Christophe Jacquot, un ex-officier de gendarmerie revient dans l’Arme
Le contrôleur général des armées Christophe Jacquot prendra la tête du service de la transformation à la direction générale de la Gendarmerie le 1er juillet 2020. (Photo : J.Salles/ECPAD)
Le contrôleur général des armées Christophe Jacquot prendra la tête du service de la transformation à la direction générale de la Gendarmerie le 1er juillet 2020. (Photo : J.Salles/ECPAD)

Christophe Jacquot, un ex-officier de gendarmerie revient dans l’Arme

Il avait quitté la Gendarmerie en 2003, avec le grade de chef d’escadron. Il y revient, avec comme grade celui de contrôleur général des armées au poste de chef du service de la transformation de la Gendarmerie. La nomination de Christophe Jacquot à ce poste, à partir du 1er juillet, vient d’être publiée ce mercredi au Journal officiel.

Christophe Jacquot, 57 ans, saint-cyrien, a passé 14 ans en Gendarmerie, notamment comme commandant de l’EGM 26/6 de Gap. Il a aussi commandé la compagnie de Belley (Ain) en 1995, ville du ministre de la Défense d’alors, Charles Millon. En 2003, il réussit le concours du contrôle général puis occupe des postes aux ministères de la Défense et de la Justice. Christophe Jacquot a ensuite dirigé l’Établissement de communication et de production audiovisuelle (ECPAD) de 2013 à 2019.

Lire aussi: Le prix de l’excellence française pour l’ECPAD

La transformation, l’un des six services et directions de la DGGN

La création du service de la transformation de la Gendarmerie date du 1er janvier 2020. Le général de brigade Didier Fortin avait alors eu la charge de la préfiguration de ce service. La DGGN compte six directions ou services: direction des opérations et de l’emploi; direction des personnels militaires; direction des soutiens et des finances; service des technologies et des systèmes d’informations de la sécurité intérieure; celui de la transformation; et enfin le service d’information et de relations publiques des armées-gendarmerie. Dans une récente interview à Gend’Info, le général Fortin précise que ce service est organisé en trois départements “dédiés à l’initiation, à la valorisation et à l’accompagnement de la transformation”.

PMG

Crowdfunding campaign banner

2 Commentaires

  1. Francis

    Toujours une logique “en silos” ? On peut en voir les magnifiques effets dans le tissu économique français qui a bénéficié de ces méthodes révolutionnaires… il y a 25 ans.
    https://philippesilberzahn.com/2019/10/14/vive-les-silos-dans-votre-organisation/

    La gendarmerie nationale sera “orientée client” au moins ?
    https://philippesilberzahn.com/2019/10/07/cest-logique-mais-ca-ne-marche-pas-peril-de-lorientation-client/

  2. Jean la gaillarde

    Dire du bien des réformes ?
    Je vous transmets mon ressenti:
     30 ans, les armées française ont mis en place une politique RH permettant de niveler la masse salariale en la contenant dans une fourchette toujours contrainte. Aujourd’hui, cette politique est en train de rendre son coté délétère, à savoir, une rupture capacitaire dans certains grade et, le plus grave étant que ce sont les grades de jonction entre la base et le sous-officiers supérieurs, qui ont fait les frais de cette politique.

    Il faudra minimum 10 ans pour que la machine reparte dans le bon sens. La gendarmerie est en train de suivre le même chemin.

    On fait en sorte d’écœurer les anciens gradés qui, pour le RH, coûtent un bras et un rein, et l’on remplace ces gens d’expériences par de l’élève gendarme, échelon 3, en bas de l’échelle de solde.
    Pour limiter la rupture d’encadrement, on préfère privilégier le passage au grade de MDL/Chef voir Adjudant, des gendarmes APJ (ASA) ou de faire passer l’OPJ en vitesse accélérer à des gendarmes en bout de ligne (AVP) car dans 05 ou 10 ans, ils seront partis et les jeunes seront devenus anciens ……

    Bref c’est de la stratégie à la petite semaine qui va aller droit dans le mur car la jeune génération n’a pas l’intention de réaliser des carrières longues. Mais c’est aussi sur cela, que compte les RH ….

    Moralité, le niveau va considérablement baisser, il va y avoir une perte encore importante des « mémoires » au sein des unités, le personnel va se fonctionnariser car il sera en attente de son futur départ, après 17 ou 19 ans au sein de l’institution.

    Voilà, ce que vit l’AT, la Marine, la Gendarmerie va le vivre. Merci aux officiers de l’AT qui bascule en gendarmerie et qui amène cette magnifique expérience avec l’externalisation des services également……..

    Super !!!!! Plus que 6 mois pour ma part. Pour la petite histoire, je me trouve dans une unité qui vit cette mutation : 17 militaires dont 3 gendarmes adjoints, bientôt 2 élèves-gendarme, deux gendarmes mono galons !!!!

    Quasiment la moitié de l’effectif, sans expérience, en formation …. Sans cracher dans la soupe car la gendarmerie m’a fais vivre et bien vivre, mais je suis particulièrement content de quitter cette institution qui prend une très vilaine tournure, à l’image des forces armées de ce pays.

    Lorsque je vois cette rupture capacitaire, l’externalisation recherchée pour l’entrainement des troupes aéroportées, l’externalisation des moyens des forces armées, l’externalisation des mess, l’externalisation des moyens de télécommunication gendarmerie et de l’informatique …… je suis impatient de voir le résultat le jour où nous allons prendre une tempête comme en 1999, ou une série de grève dans les services et entreprises privées et que nos moyens ne pourront plus être suivies durant plusieurs semaines vois plusieurs mois ….

    Cette course effrénées vers toujours plus de moyens, avec toujours moins de dépenses tout en cherchant à contraindre l’action dans le temps pour limiter les impacts financiers mais être toujours partant dés que le pouvoir judiciaire ou administratif demande des moyens, va, à mon avis, immanquablement écœurer le personnel et il sera difficile de recruter, ou alors en baissant les niveaux de recrutement.

    Bonjour l’ambiance…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.