samedi 26 septembre 2020
Accueil / A la Une / Avec son nouveau concours, la Gendarmerie poursuit son virage scientifique
Illustration des épreuves du nouveau concours scientifique d'officier de Gendarmerie.
Parmi les nouvelles épreuves de ce concours scientifique d'officiers de Gendarmerie, un QCM de culture générale et un cas concret scientifique et technique. (Illustration F1Digitals/Pixabay et G.Cote/WikimediaCommons)

Avec son nouveau concours, la Gendarmerie poursuit son virage scientifique

La Gendarmerie innove avec un nouveau concours scientifique pour les officiers. Une illustration du virage scientifique pris par l’Arme.

Erratum: contrairement à ce que nous avions annoncé par erreur, le concours scientifique pour les officiers est bien un nouveau concours et ne remplace par le concours sur titres.

(Photo d’illustration M.G/L’Essor).

La création de ce nouveau concours a été officialisée avec un arrêté publié ce dimanche 23 août au Journal officiel. Pour candidater, il faut être titulaire d’un diplôme de niveau I (ou, depuis 2019, de niveau 7 suivant le nouveau cadre national des certifications professionnelles). Autrement dit, un diplôme ou titre de niveau minimum bac+5, tel qu’un master ou un diplôme d’ingénieur.

Lire aussi: 127 candidats admis aux concours d’officiers de Gendarmerie pour l’année 2020

Nouvelles épreuves

Concrètement, le nouveau concours scientifique débutera pour les candidats par des épreuves d’admissibilité:

  • Une première épreuve quatre heures, au cours desquelles les candidats réalisent une synthèse de dossier (notée coefficient 4).
  • Une seconde épreuve de connaissances générales d’une heure. Notée coef.3, elle consiste en un questionnaire à choix multiples de 100 questions de culture générale.
  • Enfin, une troisième épreuve portera sur un cas concret scientifique. L’arrêté précise qu’il s’agit de vérifier “si le candidat est capable de mobiliser des connaissances scientifiques et techniques pour conduire une analyse systémique, élaborer et exploiter des modèles de comportement permettant de décrire et/ou quantifier les performances globales et détaillées d’un système ou d’une situation, à partir d’une suite de problèmes pluri-technologiques”. D’une durée de 2h30, elle est notée avec un coefficient 8.

Les candidats admis pour les épreuves d’admissions doivent ensuite prouver leurs mérites à travers trois épreuves:

  • Une épreuve d’aptitude générale, d’une durée de cinquante minutes, portant sur la personnalité du candidat, sa culture générale ou encore sa vivacité d’esprit. Cette épreuve prend la forme d’un entretien individuel avec un psychologue et d’un entretien individuel avec le président du jury, assisté de deux examinateurs. C’est l’épreuve centrale pour l’admission (coefficient 12).
  • Une épreuve de langue étrangère, notée coefficient 3.
  • Des épreuves sportives, notées également coefficient 3.

La création du concours scientifique ne devrait pas surprendre. L’Arme tente depuis plusieurs années de recruter davantage de profils scientifiques. Il y a un an, la Gendarmerie comptait près de 500 docteurs et ingénieurs. Un chiffre qui devrait être amener à grandir encore.

Lire aussi: Gadjendra Sarma, le conseiller scientifique de Richard Lizurey, passe le relais à Jean-Yves Daniel

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *