mercredi 17 juillet 2019
Accueil / A la une / Au Tour de France une équipe inédite de gendarmes français et policiers allemands
Des gendarmes français de l'UOFA en formation à Bad Bergzabern (Ph: Bertrand Loubette).
Des gendarmes français de l'UOFA en formation à Bad Bergzabern (Ph: Bertrand Loubette).

Au Tour de France une équipe inédite de gendarmes français et policiers allemands

Pour son baptême, l’unité opérationnelle franco-allemande (UOFA) devait se déployer hier mercredi 3 juillet, lors de la demi-finale de la coupe du monde féminine de football. Une structure transfrontalière inédite. Mais l’élimination de l’Allemagne en a décidé autrement et c’est donc lors du Tour de France que ces 20 gendarmes français et policiers fédéraux allemands vont effectuer leur première mission.

Elle durera deux jours, les 10 et 11 juillet, pour les étapes reliant respectivement Saint-Dié-des-Vosges (Vosges) à Colmar (Haut-Rhin) et Mulhouse (Haut-Rhin) au sommet de la Planche des Belles Filles (Haute-Saône). Nous allons nous répartir sur les sites ou il y aura une concentration de germanophones plus conséquente, explique l’adjudant-chef Bertrand Loubette, officier communication de l’UOFA.

Lire aussi sur L’Essor: L’Essor sur la route du Tour de France avec les gendarmes ( Vidéo)

Pas question de jalonner la course pour ces gendarmes et policiers trilingues (français, allemand et anglais). Nous serons en appui des unités locales pour la prise de plaintes et la diffusion de consignes de sécurité. Nous aurons aussi des personnels à l’arrivée qui pourront constituer des interfaces utiles vis-à-vis des équipes, précise-t-il.

Tous volontaires, les membres de l’UOFA ont reçu une formation commune, qui a commencé par une harmonisation linguistique de quinze jours à Rochefort. Ensuite, direction Baccarat (Meurthe-et-Moselle) au centre régional d’instruction pour de l’intervention professionnelle avant une semaine de maintien de l’ordre au Centre national d’entraînement des forces de Gendarmerie de Saint-Astier. Les stagiaires ont ensuite continué leur acculturation mutuelle de l’autre côté de la frontière à Bad Bergzabern. Ils ont alors étudié les technique allemandes d’intervention, de maintien de l’ordre, de secourisme et de sécurité routière.

La formation de l’UOFA au pas de charge

Entraînement au tir, à Bad Bergzabern, de gendarmes français et policiers fédéraux allemands de l'UOFA. (Ph: Bertrand Loubette)
Entraînement au tir, à Bad Bergzabern, de gendarmes français et policiers fédéraux allemands de l’UOFA. (Ph: Bertrand Loubette)

Entre deux, précise Bertrand Loubette, certains modules de la phase d’instruction nous ont appris à connaître les grandes lignes de nos constitutions. Nous avons également adapté nos réflexes d’action car nos doctrines et process respectifs ne correspondent pas forcément.

La formation a été menée au pas de charge. L’unité est en effet déjà opérationnelle alors qu’elle n’a été créée que le 22 janvier 2019, par le traité d’Aix-la-Chapelle. L’objectif de l’unité franco-allemande est d’appuyer les unités des deux pays lors de grands évènements internationaux, diplomatique, sportifs ou culturels. Manifestations, catastrophes ou accidents graves peuvent aussi être son lot, tout comme les renforts saisonniers. Au-delà de ces engagements bilatéraux, l’UOFA peut aussi être engagée au sein de missions internationales.

C’est un formidable outil de rayonnement, s’enthousiasme Pascale Trimbach, consule générale de France en Allemagne et réserviste opérationnelle de la Gendarmerie. Pour elle, cette unité démontre que l’Arme ne travaille pas uniquement avec des pays qui ont eux-mêmes une Gendarmerie.

Lire aussi sur L’EssorDes patrouilles de police cyclistes franco-allemandes créées en zone frontalière

Les policiers allemands proviennent des unités chargées du maintien de l’ordre de la police fédérale, la Bundespolizei. Côté français, il sont en revanche issus des gendarmeries départementale et mobile. Hormis un normand et un franc-comtois, ils viennent tous du grand-est et sont, pour le moment, sous-officiers. Cette situation va évoluer le 1er août avec la nomination au grade de lieutenant de l’adjudant-chef Loubette.

Tour de France, G7 et Fête de la bière

L’UOFA étant une unité de circonstance, la Gendarmerie a choisi de laisser ses membres affectés dans leurs unités d’origine qu’ils quittent lorsqu’ils sont appelés pour une mission donnée. Après le Tour de France, ses membres retourneront donc dans leurs unités respectives, avant le G7 de Biarritz, à la fin du mois d’août. Ils devraient ensuite sécuriser la Fête de la bière en octobre à Munich. Beaucoup de français s’y rendent et une unité franco-allemande y est vraiment nécessaire, note l’adjudant-chef Loubette.

Nous ne travaillerons pas sur le site car sa sécurité est du ressort de la police du land. En revanche, les voies d’accès et les aéroports relèvent de la compétence de la police fédéraleTout est à construire pour cette toute jeune unité appelée à évoluer et dont l’agenda se construit progressivement. Il faut que les commandants territoriaux nous découvrent pour pouvoir nous employer, conclut Bertrand Loubette.

Matthieu Guyot

A voir également

Exemple de conversation avec la brigade numérique (Crédit photo:GT/L'Essor).

Révolution numérique: le nouveau visage de la Gendarmerie (dossier)

[DOSSIER] La Gendarmerie s'empare de l'outil numérique et développe de nouvelles armes et de nouveaux moyen de communications.

Un commentaire

  1. Niout

    Formidable et très valorisant, pour l’Institution et le personnel. Mais c’est dommage de ne âs étendre ce principe/ Pourquoi justement se borner à un “partenariat d’échange franco allemand….? Il y a d’autres frontières communes et des pays européens certainement candidats. Les gendarmes de ces zones sont tout aussi aptes et et très intéressés pour remplir ces mêmes missions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *