mercredi 22 mai 2019
Accueil / L'actualité Bourgogne-Franche-Comté / Derrière Neogend, la patte de l’Anssi
Neogend Fic 2016
Le programme Neogend, lors de sa présentation au Fic, en 2016.

Derrière Neogend, la patte de l’Anssi

Sans l’Anssi (Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information), le programme NeoGend ne serait pas le même. Le rapport annuel de cette agence chargée de la cybersécurité française, publié ce mardi 6 juin, rappelle la contribution essentielle des “cyberexperts” à l’élaboration des tablettes et smartphones qui vont équiper policiers et gendarmes. L’Anssi a en effet conçu le système d’exploitation Secdroid, le “Windows”» qui fait tourner les nouveaux équipements connectés délivrés aux gendarmes dans le cadre de NeoGend.

“La Gendarmerie, puis la Police nationale recherchaient un système d’exploitation pour tablettes le plus sécurisé possible, explique Guillaume Poupard, le directeur général de l’Anssi. Nous avions déjà développé Secdroid pour nos besoins propres. Nous leur avons fourni ce système d’exploitation, mais c’est le ministère de l’Intérieur qui se charge de son intégration.” Un exemple de “coopération intelligente” pour le directeur général de l’Anssi, forte de désormais 500 agents.

Un système durci

Secdroid est une adaptation du système d’exploitation phare des téléphones, Android, conçu par la société Alphabet (Google). Il a été “nettoyé et durci”, c’est-à-dire protégé, pour une utilisation dans les administrations françaises. Ce système d’exploitation est ainsi déployé au sein du SGDSN (Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale), dont dépend l’Anssi, mais aussi au sein du ministère de la Justice et du ministère de l’Intérieur via les programmes NeoGend et NeoPol.

Ces deux programmes, rappelle l’Anssi, “visent à équiper les gendarmes – et à plus long terme les policiers – de smartphones et tablettes pour promouvoir une nouvelle forme de proximité avec la population. En 2016, après un premier pilote dans les Hauts-de-France, les gendarmes de Bourgogne-Franche-Comté ont pu tester le dispositif (1150 gendarmes équipés), qui sera déployé à l’ensemble des unités de gendarmerie d’ici à la fin 2017.” En tout, 65.000 équipements (55.000 tablettes et 10.000 smartphones) doivent être déployés dans la gendarmerie.

Les smartphones et les tablettes Neogend doivent à terme faciliter les constations d’infractions et leur verbalisation, les interrogations de fichiers, l’accès aux diverses messageries, ou encore la prise de note. NeoGend doit par exemple faciliter les passages aux fichiers grâce à la lecture optique des cartes d’identités, passeports et certificats d’immatriculation.

A voir également

Le taureau a dû être abattu par les gendarmes (Photo Facebook GGD30)

Le taureau fou est abattu par les gendarmes dont trois sont blessés (Vidéo)

Trois gendarmes ont été blessés dont l'un gravement dimanche par un taureau de combat qui s'est échappé lors de lors de la Feria du Rhony, à Vergèze (Gard). L'animal qui foncé dans la foule a dû être abattu par quatre gendarmes de Bernis.

3 Commentaires

  1. SELIGNY

    Bonjour

    Policier Municipal, la tablette et le systeme neogen seront ils ,appliqués pour les PM sachant que le décret est sorti hier concernant le SIV et le SNPC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !