samedi 4 juillet 2020
Accueil / Le blog de l'éditeur / “Violences policières”, ce slogan, même scandé par une grande foule, ne fait pas une réalité!
Les forces de l'ordre sont de plus en plus accusées de violences policières. (Illustration: J.Macou/Pixabay)
Les forces de l'ordre sont de plus en plus accusées de violences policières. (Illustration: J.Macou/Pixabay)

“Violences policières”, ce slogan, même scandé par une grande foule, ne fait pas une réalité!

[Édito] Les forces de l’ordre sont de plus en plus accusées de violences policières. Un amalgame trop souvent fait entre l’usage légitime de la force et des dérapages. Des écarts d’ailleurs extrêmement rares par rapport au nombre global d’interventions de nos gendarmes et policiers.

L’homme raisonnable, face à un phénomène de foule, doit prendre du recul. Pour pouvoir distinguer le vrai du faux. L’imaginaire et l’invraisemblable gouvernent les masses. Le sage cherche la vérité dans l’observation des faits.

Nous laisserons à d’autres le soin de disserter sur la violence dans la société américaine. Mais les statistiques des crimes, des délits, des arrestations et des personnes en prison parlent d’elles-mêmes. Les États-Unis connaissent une criminalité moyenne quatre fois supérieure à celle de la France. Et l’organisation de la police, avec ses shérifs élus (en général pour quatre ans), ne se compare certainement pas à la nôtre.

S’agissant de la France, les cas avérés de “violences policières” –c’est à dire un usage déplacé, disproportionné ou hors cadre légal de la force légitime– sont extrêmement rares. En moyenne, un cas ou deux par an jugés par les tribunaux depuis 20 ans. Libération, journal peu suspect de complaisance envers la Police, en a recensé huit marquantes depuis deux ans, y compris durant les émeutes des Gilets jaunes.

Ne soyons pas naïf. C’est sur la base du seul cas d’Adama Traoré, 24 ans, que la généralisation s’est faite par le biais de l’assimilation (parfaitement abusive) avec le cas de George Floyd, 46 ans.

Lire aussi: Adama et GeorgeFloyd, deux affaires différentes

Comme il ne sera jamais possible de convaincre par la raison, ni par les expertises judiciaires –toutes à ce jour favorables aux trois gendarmes concernés par cette arrestation très mouvementée– la famille de cette victime, toute entière mobilisée, il faut laisser les esprits se calmer et favoriser leur apaisement. Car les fièvres populaires retombent toujours.

Lire aussi: Affaire Traore, une récente expertise exonère de nouveau les gendarmes

Les accusations de racisme, sans preuve, doivent être dénoncées!

Quant aux accusations de racisme, quand elles sont portées non pas sur une personne dénommée, mais sur une communauté, comme celles des policiers ou des gendarmes, il est du devoir des directeurs qui se trouvent à leurs têtes, de porter plainte pour diffamation. Systématiquement. Car les gendarmes –pour ne parler que d’eux– ne comprendraient pas qu’à la fois on leur demande de faire appliquer, notamment, les lois qui punissent les actes et les propos racistes, tandis qu’on laisserait impunie l’incrimination scandaleuse qui en ce moment, parfois, leur est faite.

Lire aussi: Christian Rodriguez monte au créneau pour défendre les gendarmes du Val d’Oise

Il se trouve que l’immense majorité de nos concitoyens a de la sympathie pour la Police. Et plus encore pour les gendarmes. Il est vrai qu’une petite minorité partage sans doute, à l’inverse, une certaine antipathie.

Lire aussi: Un sondage exclusif Ifop – L’Essor

Espérons que le pouvoir politique ne fasse pas l’erreur d’oublier où se situe la majorité de l’opinion du pays.

Alain Dumait,
Directeur de L’Essor de la Gendarmerie

Crowdfunding campaign banner

4 Commentaires

  1. MICHELE HUART

    Pourquoi un gendarme ivre avec 2,54g d’alcool dans le sang qui tue deux retraités est condamné à 18 mois de prison ferme alors qu’un chauffard de la société civile ivre avec 1,62g d’alcool dans le sang qui tue une femme risque 3 ans ferme ! Comment la justice qui on le sait est neutre et impartiale peut traiter ces deux crimes avec autant de différence ? Sans oser parler de corruption envers ces illustres institutions l’IGGN/IGPN, comment pouvez-vous nous expliquer ou interpréter cet état de fait afin d’aider la société à comprendre cette inégalité/illégalité de jugement ?

  2. Riri

    Bonjour à tous et toutes
    Merci à notre directeur de la gendarmerie nationale et du général Soublet de leurs interventions et soutien.
    Je verrai si mon mail est supprimé ou non..et par voie de conséquence agirait.
    Aujourd’hui vous gendarmes moi retraité gendarmerie, nous devons prendre notre courage à deux mains comme on l a déjà fait en Bretagne il y a quelques années..comment travailler en toute sécurité sans le soutien du politique quand on agit dans le droit. Celui qui devient doit être puni. Il a double peine peine disciplinaire et judiciaire. Déjà il y a inégalité car le délinquant il n a qu une peine judiciaire souvent minime et non exécuté.
    Vous devez comme nos policiers vous manifestez d une manière ou d une autre pour manifester votre ras le bol. Il est honteux dans une démocratie que seule une femme de gendarme parle à la presse car vous êtes muselés. Cessez de vous laissez faire

  3. PERSON Bruno

    On est plus dans la petite délinquance de quartier,
    Nous sommes arrivé à force de la lâcheté de nos hommes politiques avides de pouvoir, de titres et les avantages qui vont avec. tous des incompétents.

    EN ETAT DE GUERRE dans les villes et quartier perdu par la République,

    c’est à notre Armée de LIBÉRER notre pays, si on tarde cela va se propager dans tout le territoire.
    de s’y installer longuement, expulsons les demandeurs d’asile participants à cette guerre contre notre pays.

    Hélas notre justice idéologique refusera, a quand un référendum nationale sur les fonctionnement de cette justice qui ne protège plus le peuple Français.

    Une pensée pour tous les Résistants 39/40 ( tes) et tous les militaires qui se sont sacrifiés, pour sauver la liberté, la démocratie , notre beau pays,

    En 2022, il faudra remettre de l’ordre avec un Militaire à la tête de notre pays

    merci à nos gendarmes et policiers
    Vive la République Vive notre Pays

  4. Niout

    Il est indéniable que les forces de l’ordre ont usé de moyens dangereux et d’une grande violence lors des derniers mouvements sociaux…( blessures physiques graves oeils crevés mains arrachées, morts..) Gilets jaunes Grève des personnels soignants Ecologistes…etc. On reprochera que la violence était aussi de l’autre côté…. Certes, certains extrémistes s’étaient infiltrés dans les défilés bon enfant et étaient venus là pour casser. Mais fallait il pour autant faire un usage généralisé et débridé de moyens inadaptés sur tous les trop braves manifestants attroupés.?? C’ela a été une volonté bien affirmée du gouvernement qui par orgueil et disons le indifférence aux réclamations d’écraser toutes contestations. La police confortée dans ses dérives a aligné pour cela des moyens totalement incapables de gérer et y a employé des personnels néophytes dans la gestion et le contrôle des foules. D’où une panique incontrôlable et une généralisation d’actes totalement injuste et illégaux. Oui il faut que les forces de l’ordre soient défendues soutenues dans leurs missions. Mais lorsqu’elles dérivent il faut les sanctionner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *