mercredi 19 décembre 2018
Accueil / A la une / Litige “Le Pandore et la Gendarmerie” v/ ” L’Essor de la Gendarmerie Nationale” : déjà trois condamnations !
Justice (Photo Matthieu GUYOT/Essor)
(Photo/MG/Essor).

Litige “Le Pandore et la Gendarmerie” v/ ” L’Essor de la Gendarmerie Nationale” : déjà trois condamnations !

L’Essor de la Gendarmerie a un litige avec la société PMC, éditrice d’une publication intitulée “Le Pandore et la Gendarmerie”, apparue en format numérique en octobre 2017.

En effet, le responsable de ce journal n’est autre que M. Jérémy Armante, ancien courtier en recrutement d’abonnements pour le compte de l’Essor, dans le cadre d’un contrat signé en 2001 par Madame Revise, épouse de Jacques Revise, alors responsable de l’Essor.

Ce contrat a été dénoncé par l’Essor à la suite de nombreuses plaintes (près d’une centaine…)  de personnes appartenant à des professions médicales ou juridiques, qui étaient approchées téléphoniquement par des télé-vendeurs se faisant passer pour des gendarmes ! (sic)

Devant le refus de M. Armante de prendre des engagements de meilleure conduite, et de s’équiper pour que les conversations de ses vendeurs puissent être vérifiées, l’Essor a pris, à regret, la décision de rompre ce contrat au 30 juin 2017.

Comme M. Armante avait fait l’objet de plusieurs avertissements de la direction de l’Essor, et prévoyant donc sans doute la façon dont cette collaboration aller prendre fin, il commença, dès le mois de juillet 2017, à proposer aux abonnés de l’Essor dont il avait les coordonnées,  cette autre publication, au lieu et place de l’Essor, prétendant même que l’une avait remplacé l’autre…

A partir de là, plusieurs procédures judiciaires ont été engagées par l’une et l’autre des parties.

  • Le 27 mars 2018, PMC était débouté par le tribunal de commerce de Marseille de sa demande d’indemnité pour cause de rupture brutale de contrat, et condamné aux dépens et à payer une somme de 2 000€ au titre de l’article 700 du code de procédure civile. PMC a fait appel du jugement.
  • Le 9 avril 2018, à son tour, le tribunal de commerce de Paris, saisi par l’Essor au titre de la concurrence déloyale, déboute PMC de toutes ses demandes reconventionnelles et fait droit aux demandes de l’Essor, condamnant PMC à une indemnité au profit de l’Essor, à une indemnité de procédure et aux dépens. PMC annonce faire appel…
  • Comme le jugement du 9 avril était assorti de l’exécution provisoire, PMC, par référé auprès du 1er président de la cour d’appel, demande à être exonéré de cette exécution. Par une ordonnance du 27 juillet 2018, la cour rejette la demande de PMC et la condamne, en core une fois, à payer à l’Essor une indemnité de procédure ainsi que les dépens…

Un huissier, mandaté par l’Essor, s’efforce de recouvrer les sommes dues par PMC…

En attendant, PMC continue à démarcher professions médicales et juridiques, en se faisant passer pour des gendarmes (plusieurs témoignages)…

Activité qui lui a permis d’engranger un chiffre d’affaires de 95 838€ au premier semestre, selon les déclarations de TVA de la société PMC, telles que transmises à la cour d’appel.

Le “Pandore” fait feu de tout bois pour s’installer dans le paysage de la communauté des gendarmes. Il s’est attaché le concours – anonyme mais actif – de Jean-Claude Seguin, ancien rédacteur-en-chef de l’Essor, licencié en 2012 pour “insuffisance professionnelle” (qui se prévaut de sa qualité de lieutenant-colonel de la réserve citoyenne).

Plusieurs centaines de personnes, à ce jour, ont été abusées par cette entreprise qui mélange allègrement reprises d’informations déjà parues ailleurs et abus de confiance. 

Tout internaute qui lira cet article pourra se faire une opinion. En espérant que quelques abusés du Pandore en prennent connaissance avant de mordre à son hameçon…

PS. Nous tenons ces trois jugements, d’ailleurs publics, à la disposition de qui nous le demande.

Alain Dumait, directeur de l’Essor de la Gendarmerie Nationale

A voir également

La carte du combattant officiellement attribuée pour l’Algérie après les accords d’Evian

C’est désormais officiel : les soldats ayant servi en Algérie après le cessez-le-feu auront droit …

2 Commentaires

  1. flashlook

    Jean-Claude Seguin, ancien rédacteur-en-chef de l’Essor, licencié en 2012 pour “insuffisance professionnelle” (qui se prévaut de sa qualité de lieutenant-colonel de la réserve citoyenne).

    encore un lieutenant colonel de la reserve GN ,,,,, décidément ,?????

    • Jacques 35

      Il est pourtant simple de résilier son agrément, encore faut-il que son autorité de tutelle le demande .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Offre d'essai : 2 MOIS GRATUITS !

  •  

    Recevez le magazine mensuel en version numérique pendant deux mois.

     

    Essayez vite, c’est gratuit !