mercredi 12 mai 2021
Accueil / Editos / L’Essor est utile aux gendarmes, contribuez à élargir sa diffusion
En décembre 2001, la grogne des gendarmes s'étend dans la rue. Jacques Revise, alors directeur de L'Essor, est à leurs côtés lors de la rencontre avec le général Rocher. (Captures d'écran INA/FR2)
En décembre 2001, la grogne des gendarmes s'étend dans la rue. Jacques Revise, alors directeur de L'Essor, est à leurs côtés lors de la rencontre avec le général Rocher. (Captures d'écran INA/FR2)

L’Essor est utile aux gendarmes, contribuez à élargir sa diffusion

En décembre 2001, les gendarmes exprimaient leur mécontentement par rapport à leur situation matérielle. Le 7 décembre 2001, plusieurs centaines de gendarmes, en uniforme –souvent avec leurs épouses– étaient dans la rue, avenue de la Grande-Armée, à Paris. Plusieurs compagnies de CRS les bloquaient… Jacques Revise, alors directeur de L’Essor, était avec ces gendarmes (voir la photo de droite, à côté du général Rocher). Le jour même, en fin d’après-midi, le gouvernement de Lionel Jospin leur accordait de larges satisfactions…

JT du 7 décembre 2001 : les gendarmes sont dans la rue et L’Essor est à leurs côtés

Depuis 20 ans, la Direction générale de la Gendarmerie a considérablement développé sa communication. C’est très bien !

Mais les gendarmes n’oublient pas qu’en toutes circonstances, L’Essor les a informés et accompagnés. Car la communication interne ne peut pas tout dire : ce qui fâche, ce qui se prépare (dans le secret des cabinets), ce qui va bien et ce qui va moins bien…

Ces derniers jours, c’est grâce à L’Essor que les gendarmes-adjoints ont appris qu’une réforme allait bientôt remettre en cause leur statut. C’est grâce à L’Essor que le capitaine Moreau vend son livre-brulôt à plus de 5.000 exemplaires.

Chaque jour, les journalistes de L’Essor dépouillent le Journal officiel, et autres publications officielles. (Les gendarmes en poste dans les brigades n’ont pas toujours le temps de la faire). C’est en lisant L’Essor que 2.000 gendarmes apprennent qu’ils ont obtenu la qualification d’OPJ.

Sur les dix derniers jours L’Essor a publié sur son site web 35 articles, utiles aux gendarmes, qui, au total, ont été vus 250.000 fois !

Elargir la diffusion de notre magazine mensuel, développer notre site et renforcer notre présence sur les réseaux sociaux, c’est bon pour les gendarmes, et pour la Gendarmerie !

Déjà, grâce à votre générosité, nous avons pu servir la version papier de notre magazine à quelque 3.500 brigades (et autres unités décentralisées).

La brigade est l’unité de base de la Gendarmerie départementale. C’est là que la plupart des jeunes gendarmes et des gendarmes-adjoints (GAV) sont d’abord affectés. C’est en pensant à eux que nous avons réalisé le dossier «Comment devenir gendarme».

Nous voulons encore élargir notre diffusion. Vous pouvez nous aider à aller plus loin !

NB: En faisant un service gratuit de L’Essor magazine à plus de 3.500 brigades, nous avons anticipé sur l’objectif final de notre campagne («rassembler 50.000€ de contributions»).

Alain Dumait

PS: Il nous reste encore 30% du chemin à accomplir… Puis-je compter sur vous ?

Crowdfunding campaign banner

Un commentaire

  1. Desbois

    Effectivement, l’Essor fait un sacré boulot et se trouve bien utile pour l’Arme, pour tous ces “soldats du quotidien” qui se battent avec leurs angoisses, leur stress, leurs missions multi-prioritaires. Ajoutons à cela un certain manque de reconnaissance voire même de l’injustice et cet Essor ne peut que s’élever.
    Oui, il faut aider l’Essor pour l’information quotidienne de ces gens d’armes.
    Ah oui, 2001 était effectivement une année forte, en fait un “renouveau”.
    Et pour éviter qu’une telle chose ne puisse revenir un jour, comme dans toute société, il faut effectuer avec attention une grande écoute de la base, du terrain et ce, sans distorsion intermédiaire (les échelons auraient ils peur de reverser la vérité à leur grand Chef ?).
    C’est peut être pour cela que l’Essor pourrait bien être utile.
    Pour finir, je salue bien bas le Capitaine MOREAU qui a vraisemblablement lancé un bon pavé dans la marre…
    J’ai remarqué que bon nombre de lecteurs se sont mis à l’espagnol en disant que cet officier avait des “cojones”.
    Bonne continuation à l’Essor !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.