dimanche 27 septembre 2020
Accueil / Editos / Les trois points forts de L’Essor
Depuis sa création en 1936 par l'adjudant-chef (ER) Jean Cousteix, L'Essor de la Gendarmerie est un média indépendant. Alain Dumait, son directeur, présente trois de ses points forts.
Depuis sa création en 1936 par l'adjudant-chef (ER) Jean Cousteix, L'Essor de la Gendarmerie est un média indépendant. Alain Dumait, son directeur, présente trois de ses points forts.

Les trois points forts de L’Essor

Plusieurs publications, sites ou revues, imprimées ou numériques, s’adressent à la communauté des gendarmes, à telle ou telle de ses composantes. Mais aucune autre que L’Essor ne coche à la fois les trois cases suivantes :

  • L’Essor est un média indépendant de la hiérarchie. Ce, depuis le premier jour de sa création par l’adjudant-chef (ER) Jean Cousteix. Seul le directeur que je suis donne des consignes à ses rédacteurs.
  • L’Essor –sa revue comme son site, et ses réseaux sociaux– est réalisé au quotidien par des journalistes professionnels, dotés d’une carte de presse. L’entreprise adhère au syndicat de la presse en ligne (le Spiil)
  • L’Essor ne s’adresse pas seulement à l’ensemble de la communauté des gendarmes. Il touche aussi, effectivement, au-delà, un public plus large, composé notamment d’autres professionnels de la Défense et de la sécurité publique (policiers, pompiers, policiers municipaux, acteurs de la sécurité civile…).

Pour preuve: 75% des 850.000 internautes venus sur lessor.org depuis le début de l’année étaient des nouveaux visiteurs, largement opportunistes, venus à la suite d’une requête sur internet (25% de l’audience). Gendarmes et anciens gendarmes représentaient 62% des lecteurs ayant pris la peine de répondre à notre récente enquête lecteurs.

Lire aussi: Esquisse d’un profil des internautes de lessor.org

De ce fait, L’Essor ne parle pas seulement aux gendarmes, actifs, retraités ou réservistes. Sa voix est entendue au-delà des pouvoirs publics et même de l’opinion publique en général. L’AFP reprend souvent, en nous citant, nos articles et nos scoops!

L’Essor au service de l’Institution

Ainsi, L’Essor apporte sa pierre au rayonnement de l’Arme. Car si les gendarmes font du bon travail, avec une admirable conscience professionnelle et une éthique forte, avec des domaines d’excellence remarquables, L’Essor, extérieure à l’Arme, contribue mieux que personne à le faire savoir. Chaque jour, L’Essor met sa crédibilité civile au service de l’Institution.

Et n’allez pas croire, amis lecteurs, que je fais ici la montre auto-satisfaction! Nous devons tout à nos trois prédécesseurs et honorons, à chaque occasion, la mémoire de notre fondateur. Nous savons que son successeur, Jacques Revise, a assuré la notoriété de la marque. Le directeur suivant, Bernard Meaulle, a posé les bases du professionnalisme de notre rédaction. Nous essayons de poursuivre leur œuvre…

Nous avons encore beaucoup à faire. Pour enrichir le contenu, pour étendre la diffusion… C’est pourquoi depuis le début de ce mois, nous faisons appel à la contribution de nos lecteurs. Juste contrepartie de l’accès gratuit à lessor.org.

Lire aussi: L’Essor fait appel à la contribution de ses lecteurs numériques

Appel à contribution des lecteurs numériques : Je soutiens L'Essor (et son indépendance)

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *