dimanche , 13 juin 2021

Le général Favier salue Jean-Pierre Virolet en arrivant au congrès de l'UNPRG d'Obernai. Il y avait plaidé pour un rapprochement des associations de la Gendarmerie. (Photo: MG/L'Essor)
Le général Favier salue Jean-Pierre Virolet en arrivant au congrès de l'UNPRG d'Obernai. Il y avait plaidé pour un rapprochement des associations de la Gendarmerie. (Photo: MG/L'Essor)

Le soutien de la société civile aux personnels de la Gendarmerie mérite d’être organisé

[ÉDITO] Le foisonnement de la vie associative autour de l’Institution et de ses personnels est évidemment un signe de bonne santé. Qu’ils soient actif ou réserviste, les gendarmes aiment se retrouver pour développer des activités très diverses.

Souvent, les “pékins” sont les bienvenus. Les comités locaux des Amis de la Gendarmerie apportent chaque année un soutien concret à plusieurs unités de base dont l‘équipement laisse à désirer… Gendarmes de cœur ajoute son aide sociale à celle de la Fondation Maison de la Gendarmerie.

Il manque néanmoins un élément important dans ce dispositif associatif: une structure qui apporterait aux personnels de la Gendarmerie un soutien venu de la société civile, libre et indépendante dans son action, évidemment désintéressée, en capacité d’intervenir là où les associations actuelles n’ont pas suffisamment les coudées franches.

L’actualité, récente mais constante, implique des gendarmes amenés à faire usage de leur arme dans des conditions qui leur sont contestées. Des procédures sont engagées. Des instructions judiciaires menées. Parfois, des condamnations tombent. Ainsi le montre cette triste affaire du capitaine Dobritz. Sorti de prison le 20 mars, il attendra libre son procès en appel.

Lire aussi: Guadeloupe: le capitaine Dobritz libéré en attendant son procès en appel

Soutien aux personnels dans toutes les situations

Bien sûr, il ne s’agirait pas de remettre en cause une affaire jugée (provisoirement). Qui oserait? Mais de manifester davantage et publiquement un soutien moral actif à un jeune officier qui, coupable ou non, mérite le respect. Que je sache, ni la hiérarchie de l’Arme, ni les APNM, actuellement, ne peuvent ainsi manifester leur soutien.

(Encore que… Je me souviens du général Favier qui, discrètement, à l’occasion d’un congrès de l’UNPRG à Obernai, en 2014, avait tenu à rendre visite personnellement à un GAV mis en cause pour avoir –à l’occasion d’un transfèrement– tué un détenu qui tentait de s’emparer de l’arme de sa camarade. Une belle manifestation d’humanité…)

• L’Institution ne sait pas toujours manifester ce soutien – sans interférer avec la justice. Les gendarmes pris en otage à Ouvéa en témoignent encore aujourd’hui… Trente ans plus tard, les gendarmes du Val-d’Oise mis en cause dans le dossier dit de “l’affaire Traoré” n’ont pas assez de soutien.

• Au-delà de ces considérations –“une place n’est actuellement pas occupée…”–, les personnels de la Gendarmerie ont intérêt à ce que leurs soutiens civils s’élargissent, car une Armée est plus forte quand elle dispose d’un soutien populaire actif et organisé.

Alain Dumait,
Directeur de L’Essor de la Gendarmerie

Retrouvez également le dossier complet sur les associations dans la Gendarmerie, dans votre magazine L’Essor de la Gendarmerie n°552 (avril 2021).

One comment

  1. Tout à fait d’accord, dans une situation difficile, le soutien est plus que perfectible et on se retrouve vite seul ou presque devant une difficulté à gérer ; cela ne se rencontre pas seulement en Gendarmerie mais bien au sein de notre société entière. Il est nécessaire d’avoir à l’esprit qu’il faut compter essentiellement sur soi-même et ses proches. C’est vrai que cela serait bien mieux avec un certain soutien ….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.