mardi 2 juin 2020
Accueil / A la une / “L’affaire” des masques qui n’ont pas été fournis aux gendarmes
Depuis le début de la crise sanitaire, la question des masques pour la protection des gendarmes et des policiers fait débat. (Photo d'illustration - LP/L'Essor)
Depuis le début de la crise sanitaire, la question des masques pour la protection des gendarmes et des policiers fait débat. (Photo d'illustration - LP/L'Essor)

“L’affaire” des masques qui n’ont pas été fournis aux gendarmes

[Édito] Pour n’avoir pas reçu de masques de protection, la très grande majorité des gendarmes (départementaux, mobiles, réservistes…), mobilisés sur le terrain pour faire respecter les règles du confinement pendant cette crise sanitaire, ont exprimé leur mécontentement. Leurs conjoints et familles plus fort encore…

Contrôle de Gendarmerie dans l'Essonne, dans le cadre du confinement. (L.Picard/L'Essor)
Contrôle de Gendarmerie dans l’Essonne, dans le cadre du confinement. (L.Picard/L’Essor)

La raison (non-dite) est que la Gendarmerie n’en avait pas. Ou plutôt, qu’elle n’en avait plus. Parce qu’elle avait donné son stock aux soignants, sur injonction du gouvernement. “Nous disposions avant la crise de masques FFP2, stockés depuis l’épisode H1N1. Tous ces masques ont été reversés aux établissements hospitaliers”, a eu l’occasion de confirmer à la mi-avril le directeur général de l’Arme, Christian Rodriguez.

Lire aussi: Protection des personnels de la Gendarmerie : la direction générale décroche un 2 sur 20

Trois observations

Cette situation, qui fut dramatique pour au moins 70.000 gendarmes sans protection, vérifie trois observations :

  • La Gendarmerie ne peut pas faire autrement que d’obéir aux ordres du gouvernement. C’est consubstantiel à son statut, depuis toujours. Et de se taire, en tout cas d’accepter. C’est encore plus vrai maintenant qu’avant, depuis le rattachement au ministère de l’Intérieur en 2009. (C’est d’ailleurs sans doute l’une des raisons pour laquelle 65% des lecteurs de L’Essor ayant répondu à notre question du mois de juillet 2019 considéraient que, pour eux, ce rattachement avait été plutôt négatif).
  • Le gouvernement, sur ce sujet, a d’abord eu tout faux! Sa doctrine du confinement était davantage dictée par son imprévoyance que par la transparence.
  • Mais le plus grave, me semble-t-il, est que les technocrates-qui-nous-gouvernent préfèrent écouter les autres technocrates (de la Santé) plutôt que de regarder ce que d’autres font. Mieux que nous, ailleurs.

L’ignorance (du virus) aurait dû nous rendre pragmatiques

Président de la République et Premier ministre sont deux énarques, d’ailleurs sortis dans les premiers de cette école. L’un à l’Inspection des finances et l’autre au Conseil d’État. Ils n’écoutent vraiment que d’autres technocrates, en l’occurrence ceux de notre Santé publique.

Ce système s’articule autour de deux caractéristiques principales. Il est centralisé (toute puissance de la Direction générale de la Santé) et fonctionnarisé. 1.150.000 employés à statut de fonctionnaires, dont 35% d’emplois ni médicaux, ni paramédicaux. (Nos voisins suisses, n’ont pas de fonction publique hospitalière, et ont, proportionnellement, 70% d’infirmiers de plus, et 20% de médecins de plus que nous…)

Compte tenu des connaissances actuelles de la médecine, très réduites sur ce nouveau virus, tous les gouvernements du monde avaient un choix à faire: privilégier malgré tout le respect de la liberté de mouvement des citoyens, ou bien opter pour l’ancestrale relégation, rebaptisée “confinement”.

Avec la première option, les pouvoirs publics devaient sans délai organiser le dépistage, isoler les personnes malades, retrouver leurs contacts récents, et inciter à observer les règles de prudence (port d’un masque et distance physique). Ce qu’a fait la Corée du Sud, qui compte 244 morts à ce jour du fait de ce virus, pour une population de 52 millions d’habitants…

Nos technocrates, les gendarmes et les masques de protection

En France, nos dirigeants ont commencé par tergiverser pendant deux mois. Se livrant pendant cette période à toutes sortes de déclarations piteuses:

  • Les tests et les masques “ne servaient à rien” (sic)
  • Le confinement “aurait provoqué la circulation du virus” (dixit Olivier Véran le 9 mars). Avant qu’il soit imposé, uniformément et sans délai, le premier tour des élections municipales du 15 mars étant passé…

Comme nous sommes charitables, nous vous ferons grâce de toutes les déclarations devenues comiques de tant de professeurs de médecine et de chroniqueurs santé. Ils affirmaient, juré, craché, que le masque de protection ne servait à rien… Pourtant, le bon sens indique que si toute personne présentant un risque –avéré ou non– en porte, toute la population sera alors protégée. Plus ou moins, bien sûr. C’est ce qui se pratique au Japon, depuis toujours. En France, on n’avait pas de masques, mais on avait des fonctionnaires (au gouvernement et à la Direction générale de la Santé)…

Au fait: vous avez vu à quelle vitesse la grande distribution (privée) en a trouvé, par centaines de millions?

Alain Dumait, directeur de L’Essor

Je soutiens l'Essor

Appel à contribution des lecteurs numériques : Je soutiens L'Essor (et son indépendance)

11 Commentaires

  1. Fifi

    Nos décideurs qui ont une très haute opinion d’eux-mêmes devraient suivre une remise à niveau en gestion de crise: http://informatiques-orphelines.fr/index.php/2020/05/01/lechec-de-lapprentissage-de-la-gestion-de-crise/

    La caste ne vise que la perpétuation de sa domination, ce qu’elle arrive à faire avec un certain succès:
    http://www.egeablog.net/index.php?post/2020/05/02/L-échec-de-la-pensée-technocratique

    D’ailleurs, ce sont des sociétés privées qui sont à la manœuvre:
    https://www.challenges.fr/entreprise/defense/avico-fournira-les-gros-porteurs-antonov-a-l-armee-francaise_697940

    https://www.marianne.net/politique/coronavirus-le-cabinet-prive-qui-pilote-la-strategie-de-depistage-de-la-france

  2. Fred

    Les résultats désolants dont l’auto-satisfaction de la haute hiérarchie sur elle-même, sont visibles:
    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2020/04/26/473-gendarmes-testes-positifs-au-coronavirus-21103.html

    • Loufane

      Les petits chefs se taisent et ne font même pas remonter la réalité du terrain. Ils attendent de devenir plus grands et de prendre leurs 2 premières étoiles ; le reste est secondaire et de moindre importance.
      La base ne fait plus confiance à sa hiérarchie qui répète les mensonges qu elle entend sans même les contredire. Et oui , poser une question c est le debut de la désobéissance et donc un frein dans l ascenseur gendarmerie. Les premiers qui commencent à discuter et demander des explications, ce sont les Cdt de COB, les CB qui eux sont sur le terrain et au contact de leur troupes. Au dessus c est déjà plus le meme métier, c est “l élite “, ceux qui savent et qui dénigrent ceux qui ne leur ressemblent pas, c est un autre monde de statistiques, de courbes, de chiffres, bien loin des préoccupations des gens. Ils ont même réussi à distribuer les primes “Gilets jaunes” au CSTAGN…..plutôt qu aux gendarmes qui étaient sur le terrain à régler les problèmes. Les agents du CSTAGN doivent venir en soutient logistique, et ifnancier des gendarmes,. Ils travaillent pour la gendarmerie mais ne sont pas gendarmes.

    • Bruno Hrj

      Au début des contrôles que nous pratiquions sans masque, j’ai malheureusement contracté le Covid-19 en étant passé par plusieurs stades et surtout une grande inquiétude pour moi et les Miens. J’en souffre encore aujourd’hui.
      Cette maladie est elle ou sera t elle reconnue maladie professionnelle ?

  3. nicot

    Une réflexion me vient à l’esprit ! mais qu’on fait nos ayatollah du HSCT/ HSIE !!!
    Eux toujours si prompts à vilipender les CB, lors du non respect des normes, le plomb de votre extincteur n’est plus fixé ! attention, vous n’avez pas secoué vos extincteurs tous les mois, ce n’est pas bien, dernier avertissement!!! etc….. on pourrait en écrire des livres, de ces gens, qui, se sentent investis d’une mission divine …..mais qui lorsque la situation l’exige vraiment, sont aux abonnés absents !!!!
    Pour les masques, messieurs mesdames du HSCT, vous avez fait quoi pour le personnel !!!!!
    Lamentable !

    • Commentaire on ne peut plus pertinent

    • patou du sud

      “””La Gendarmerie ne peut pas faire autrement que d’obéir aux ordres du gouvernement. C’est consubstantiel à son statut, depuis toujours. Et de se taire, en tout cas d’accepter. C’est encore plus vrai maintenant qu’avant, depuis le rattachement au ministère de l’Intérieur en 2009.””

      Ceci est complètement faux, car au contraire, le rattachement aurait dû permettre à la Gendarmerie de bénéficier de la même liberté de parole que la Police et d’avoir des Syndicats afin de taper sur la table lorsqu’il le faut. Mais dans une institution où, les doigts le long de la couture du pantalon, l’on pense que “” chercher à comprendre, c’est commencer à désobéir””, les choses ne changeront pas….

    • Singer

      Il nous a été interdit de porter des masques pour éviter d appeurer la population car dixit seul les personnes contaminées en porte pour éviter de propager le virus.
      Nous n avons eu aucun support matériel.
      A si pardon, un petit gel hydro alcoolique et une boîte de lingettes pour 16.
      Nous recevons que maintenant des produits de protection.
      Heureusement que nous avons eu la population qui nous a aidé.
      Comme d habitude il a fallu se débrouiller par nous même car nous sur le terrain notre vécu ne compte pas.

  4. J’ai l’impression qu’on nous ment tout le temps et ça change tout le temps ça devient fatiguant usant .
    J’ai 68 ans je n’ai jamais dit cela de ma vie
    Je suis déçu de l’attitude du gouvernement pour qui j’ai pourtant voter.
    On comprend très bien le gouvernement ne soit pas préparé à une telle et pandémie
    Mais cela n’excuse en rien les mensonges ne rien dire s’abstenir de s’embourber dans de tels mensonges
    Je suis en train de partir d’accord avec le texte que je viens de lire

  5. Ferah

    Bien belle article qui explique ce que les FO et leur famille pensent depuis le début de la pandémie.. Mais là vous parlez du passé, qu’en est t’il de demain ? Seront-ils protégés ? Vont-ils être couverts pour les arrêts maladies provoqués par le covid ?
    Ou restent-ils des pions..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *