lundi 30 novembre 2020
Accueil / Editos / Gérald Darmanin veut modifier la répartition territoriale entre la Police et la Gendarmerie
Gerald-Darmanin - Ministre de l'Interieur (photo : M. Guyot)

Gérald Darmanin veut modifier la répartition territoriale entre la Police et la Gendarmerie

Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, veut modifier la répartition territoriale entre la Police et la Gendarmerie. et renforcer la coopération entre les deux forces du maintien de l’ordre.

Mais sans toucher au modèle dualiste de deux forces complémentaires. “Je ne serai pas le ministre qui fusionnera les deux forces”, affirme-t-il, dans l’entretien accordé à notre confrère Le Parisien. L’article est publié dans son édition datée du 15 novembre 2020. Vaste programme.  Pour ce qui est de la répartition territoriale, le ministre part d’un constat simple et indiscutable: les agglomérations se sont étendues, et le “bassin de délinquance” autour d’une ville déborde souvent en périphérie, c’est-à-dire en zone Gendarmerie. 

D’ailleurs plusieurs des 16 zones de sécurité prioritaires créées depuis 2012 regroupent à la fois des moyens des deux forces. Mais, dans ces cas-là, jusqu’à présent, il y a une coopération, sous l’autorité du préfet, qui, à notre connaissance, se passe bien… Ajoutons que la modification de cette répartition territoriale est un vieux serpent de mer ! Depuis près de 20 ans on assiste en effet à des opérations dites de “redéploiement territorial” entre Police et Gendarmerie. Elles ont concerné environ mille communes. 

7 gendarmes = 10 policiers…

La Cour des comptes, qui a consacré un rapport sur le sujet en octobre 2011, constatait à l’époque que ces transferts s’étaient effectués sans “dysfonctionnement” et notait – sans confirmer… – que, selon le Directeur général de la Gendarmerie d’alors, le général Jacques Mignaux, “les effectifs de gendarmes affectés en 2011 dans les communes nouvellement prises en charge représentent environ 70 % de ceux des policiers en poste dans les CSP (Circonscription de sécurité publique) concernées”. Sous-entendu : sept gendarmes = dix policiers.

On voit mal en tout cas comment maintenir un dualisme territorial sur un autre critère que celui de la taille des communes. Sauf à passer du critère de la population des communes à celui des intercommunalités, désormais étendues à l’ensemble du territoire… Pourquoi pas ? Car faute d’une cartographie, qui n’existe pas, ces “bassins de délinquance”, ne relèvent  pas, pour l’instant, d’une définition territoriale claire.

Gérald Darmanin demande une coopération accrue

Le ministre veut également une coopération accrue entre la Gendarmerie et la Police dans “le maintien de l’ordre”, “la Police technique et scientifique (PTS) ou le Cyber”. Trois domaines où la coopération semble bien fonctionner, mais où bien sûr, on peut toujours faire mieux !

Lire aussi: Édito du numéro 525 : Nécessité du dualisme : illustration par l’actualité

L’Essor, depuis toujours attaché au dualisme des forces de l’ordre, tout comme à la militarité de la Gendarmerie, suivra avec beaucoup d’attention ce nouveau chantier de réformes annoncées par le ministre.

Alain Dumait, directeur de L’Essor.

Crowdfunding campaign banner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gratuit : la newsletter de "l'Essor"!

Recevez chaque semaine notre newsletter " Rue Bleue " :  articles inédits, veille sur la presse et infos pratiques

Votre inscription est réussie ! Pensez à confirmer cette inscription dans le mail que vous allez recevoir. Merci.